Liens d'accessibilité

CAN 2015 : les Léopards en demi-finale


Bokila et Mbokani célèbrent le but des Congolais, Bata, 31 janvier 2015

Bokila et Mbokani célèbrent le but des Congolais, Bata, 31 janvier 2015

En trente minutes, la RDC a inscrit quatre buts et élimine le Congo (4-2). Un scénario incroyable qui a fait vibrer tout le stade de Bata.

De la première mi-temps, on ne retiendra rien ou presque de ce 1/4 de finale. Beaucoup de déchet technique et de l'imprécision qui renvoient les joueurs aux vestiaires a égalité (0-0)

En seconde mi-temps, ce sont les Diables rouges qui frappent par deux fois et rappellent que le Congo est la seule equipe s'est qualifiée avec 7 points lors du premier tour.

A la 55e minute, Doré trompe Kidiaba. Il est imité sept minutes par Thievy qui profite d'une mauvaise relance de la défense congolaise.

A 2-0, les Léopards semblent prêts à faire leur valise pour rentrer à Kinshasa. Il n'en fut rien !

Vexés par l'insolente réussite du voisin de Brazzaville, les joueurs de Florent Ibenge vont réaliser 30 minutes de jeu parfaites.

Mbokani sonne la revole du plat du pied droit (65e) puis le virevoltant Bokila lui répond en envoyant un missile dans la lucarne de Mafumbi (75e)

Les Congolais sont inarrêtables puisque Kimwaki, de la tête, donne l'avantage à ses partenaires (81e).

Mbokani, si discret depuis le début du tournoi, clôt le festival offensive en inscrivant un dernier but dans les arrêts de jeu.

Le score est lourd pour les Diables rouges qui n'ont pas su gérer leur avantage de deux buts.

En conférence de presse d’après-match, le capitaine Oniangué reconnait : "On va murir, gagner en expérience. Passer le premier1er tour avec 7 points, c'était déjà remarquable, on voulait aller plus loin. Il faut garder le positif, on revient de loin. On n'a pas su gérer cette nouvelle situation de mener 2-0, à nous d'apprendre pour l'avenir."

Pour la RDC, la belle aventure continue. Florent Ibenge, entraineur congolais, réussit la ou pléthore d'entraineurs étrangers ont échoué.

"Je croyais qu'on pouvait revenir; marquer quatre buts peut-être pas, mais on n'avait pas été mis en difficulté. Contre le Congo-Brazza, il y avait une charge émotionnelle très forte, mais nous on voulait passer en demie, ce n'est pas tous les ans qu'on peut avoir cette opportunité. Au pays si on avait perdu ç'aurait été comme si rien n'avait été fait. La défaite aurait été plus dure à encaisser que pour nos voisins."

Le prochain adversaire sera d'un autre calibre : l’Algérie ou la Cote d'Ivoire. De Kinshasa à Goma, la République Démocratique du Congo est déjà prête à vibrer

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG