Liens d'accessibilité

CAN 2015 : l'arbitrage mis en cause


Les joueurs tunisiens bousculent l'arbitre, contestant contre un penlaty attribué en faveur de l'équipe de la Guinée équatoriale, Bata, 31 janvier 2015.

Les joueurs tunisiens bousculent l'arbitre, contestant contre un penlaty attribué en faveur de l'équipe de la Guinée équatoriale, Bata, 31 janvier 2015.

A ce stade de la compétition, les jeux sont faits du moins en ce qui concerne la suite des évènements.

Il ne reste plus que quatre équipes dont deux favoris, le Ghana et la Côte d’Ivoire.

Mais s’il y a une chose qui revient le plus dans les conversations autour de la CAN 2015, c’est l’arbitrage.

Tout au long de la compétition l’arbitrage jugé très approximatif des officiels, a été à la base des controverses sur et hors du terrain.

Certains diront que les plaintes ne viennent le plus souvent que des équipes vaincues.

Mais de telles complaintes de plus en plus nombreuses constituent sans doute une interpellation pour la FIFA et la CAF pour peut-être adopter un système de révision après une action ambiguë.

Dernier exemple : le penalty sifflé à la 92e minute samedi dernier, a permis à la Guinée équatoriale d’égaliser contre la Tunisie.

Seule la possibilité de revoir au ralenti la faute sous différents angles aurait permis d'éviter la polémique.

D'où ces nouveaux appels lancés aux deux instances du sport roi (Fifa et Caf) de considérer l'intégration de la technologique dans le jeu. Et ce afin d'éviter toute controverse autour des décisions arbitrales à l'instar des matches de basket et le football américain.

XS
SM
MD
LG