Liens d'accessibilité

Cameroun: controverse sur des armes destinées à Boko Haram


Controverse sur la saisie présumée par le gouvernement camerounais d'énormes quantités d'armes et de munitions qui, selon Yaoundé, étaient destinées à la milice islamiste Boko Haram. Des villageois de la région concernée démentent.

La radio d’Etat camerounaise avait annoncé, à plusieurs reprises, que les forces de défense avaient saisi quelques 5.400 armes à feu dans l’Extrême-Nord du pays, et que ces armes étaient destinées à Boko Haram, la région servant de base arrière aux islamistes armés nigérians installés dans l’Etat de Borno.

Le ministre camerounais de la communication, Issa Tchiroma Bakary, a déclaré que cette saisie « est la meilleure façon de démentir les allégations selon lesquelles le Cameroun sert de base aux insurgés, en vue de déstabiliser d’autres pays ».

Mais selon le correspondant de la Voix de l’Amérique (VOA) au Cameroun, les habitants de la localité impliquée ne semblent pas être au courant.

Interrogé sur place, un homme d'affaire, Ibrahima Dewa, a dit n’avoir rien observé de tel. « Les policiers camerounais passent ici chaque jours avec les armes. Et maintenant on observe qu’il y a beaucoup de militaires dans nos villages avec les armes », a-t-il dit.

Alim Bachir, 70 ans, chef du village de Kekte, où les armes auraient été saisies, s’est dit scandalisé par l’annonce qui, selon lui, ne serait qu’une tromperie.

« Ce sont les menteurs. Tu as été dans tous les coins du village avec moi. As-tu vu des armes ? » a demandé. « Je suis le chef du village. Si c’était vrai, je devrais être informé par mes sujets. Les choses pareilles sont montrées à la télé et reportées à la radio. Si c’était vrai, pourquoi ils ne l’ont pas fait, alors qu’ils passent leur temps à montrer les petits bandits à la télé pour montrer que les militaires font le bon travail. Il ne faut pas être trompé », a poursuivi M. Bachir.

M. Tchiroma Bakary, porte-parole du gouvernement, a fermement condamné les allégations selon lesquelles les armes saisies n’existaient pas.

« Le Cameroun appelle les auteurs de cette campagne diffamatoire à mettre un terme à cela », a-t-il dit.

Jusqu’ici, 9 Français, 2 Italiens et un Canadien ont été enlevés au Cameroun par des membres présumés de Boko Haram.

Ibrahim Njowel, un éleveur à Kousseri, dans le nord du pays, estime que le groupe islamiste nigérian est une menace réelle. « C’est une secte qui est devenue pratiquement néfaste pour le Cameroun », a-t-il dit. « Aujourd’hui on parle encore de 3 étrangers qui viennent d’être kidnappés. Donc Boko Haram est devenu un véritable problème pour le Cameroun ».

Le mois dernier, le Nigeria a demandé à ses voisins de la Commission du Bassin du Lac Tchad de créer un groupe de travail pour lutter contre les terroristes, et le Cameroun a répondu qu’il y contribuerait en cas de besoin.
XS
SM
MD
LG