Liens d'accessibilité

Calme à Bissau, à la veille des élections générales



Les gagnants devront rétablir la stabilité dans ce pays encore sous le choc du coup d'Etat militaire il y a deux ans

Les gagnants devront rétablir la stabilité dans ce pays encore sous le choc du coup d'Etat militaire il y a deux ans

Ultimes préparatifs en vue des élections présidentielle et législatives de dimanche en Guinée Bissau – un scrutin prévu en 2013, mais retardé par le manque de fonds.

Treize candidats se présentent à la présidentielle, et quinze partis sont en lice pour les législatives. Parmi ceux qui briguent la présidence : José Mario Vaz et Abel Incada, représentant respectivement les deux principales formations politiques du pays, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), et le Parti de la rénovation sociale (PRS) de l’ancien président Kumba Yala.

Les gagnants devront rétablir la stabilité dans ce pays d'Afrique de l'Ouest encore sous le choc du coup d'Etat militaire il y a deux ans

« S'il y a la paix et la stabilité, le pays ira de l’avant », a dit M. Incada. « Même après 40 ans, de l'indépendance à ce jour, nous n'avons pas d'électricité, les routes sont en très mauvais état ... Il y a beaucoup de choses - la santé, l'éducation. Nous avons beaucoup de problèmes en Guinée-Bissau », a dit M. Incada.

La réforme des secteurs de la défense et de la sécurité, la lutte contre corruption et la réconciliation nationale ont été thèmes dominants de la campagne pour ces élections générales.

A la veille du scrutin, les militants se déplaçaient toujours à travers la capitale, Bissau, pour mobiliser des soutiens en faveur de leur candidat.

Si aucun candidat à la présidence n'obtient la majorité absolue, un second tour aura lieu en mai.

Vendredi, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé le peuple et les institutions du pays à assurer la tenue d'élections pacifiques et crédibles.

« Le succès des élections contribuera à la restauration de l'ordre constitutionnel en Guinée-Bissau, à la promotion de l'état de droit et à la reprise de l'aide internationale qui a été suspendue », a souligné le porte-parole du Secrétaire général dans un communiqué.

Par ailleurs, il a exhorté tous les candidats à respecter les résultats officiels quand ils seront annoncés par la Cour suprême et à suivre les procédures légales existantes pour régler les différends électoraux qui pourraient survenir.
XS
SM
MD
LG