Liens d'accessibilité

USA : la Californie crée des dizaines de réserves marines le long de ses côtes


Des pêcheurs à quai à San Francisco

Des pêcheurs à quai à San Francisco

Pour les écologistes, le projet est essentiel à la survie des espèces menacées par la surpêche, le bétonnage des côtes, la pollution et le changement climatique. Selon la FAO, plus de 70 pour cent des espèces marines mondiales sont soit pleinement exploitées, soit épuisées.

La Californie a mis en place un nouveau programme visant à restreindre la pêche le long de ses cotes, longues de quelques 1.900 kilomètres. L’initiative limite ou interdit la pêche dans des dizaines de réserves marines le long de des cotes de cet Etat.

Pour les écologistes, le projet est essentiel à la survie des espèces menacées par la surpêche, le bétonnage des côtes, la pollution et le changement climatique. Selon la FAO, plus de 70 pour cent des espèces marines mondiales sont soit pleinement exploitées, soit épuisées.

Nid de tortues de mer sur une plage de Floride

Nid de tortues de mer sur une plage de Floride

La Californie se veut à la pointe des efforts mondiaux de protection de la vie marine. « Il existe de grandes réserves marines, et il y en des spécifiques en Floride ou en Nouvelle-Zélande, mais jamais avant on n’avait établi un réseau entier, où l'ensemble de la cote d’un Etat est raccordée le long des 1.900 km du littoral et c’est ce que ce projet a d’unique », a expliqué Ken Wiseman, directeur exécutif de l’Initiative sur la loi de protection de la vie marine en Californie.

Les nouvelles directives seront appliquées par les gardes-côtes. Aucun signe, aucune bouée ne sera placée à la surface des eaux. Ce sera aux pêcheurs et autres exploitants de s’informer et d’user du système de positionnement mondial (GPS) pour éviter de pénétrer dans les réserves marines.

Blair Witherington, expert en tortues marines, sur une plage de Floride

Blair Witherington, expert en tortues marines, sur une plage de Floride

Détail intéressant, fait valoir le biologiste Steven Weisberg du Conseil de protection de l’océan de Californie : les poissons n’ont pas besoin de GPS. « Après un bout de temps les poissons comprennent en fait où se situent les lignes de démarcations, et on peut voir qu’ils restent derrière ces limites », a-t-il dit.

Les scientifiques projettent de surveiller étroitement les nouvelles réserves marines, pour en évaluer l’efficacité et déterminer si elles permettent vraiment aux espèces de récupérer, et aux côtes de retrouver leur équilibre.

XS
SM
MD
LG