Liens d'accessibilité

Burundi : un agent de l’ONU tué


La police burundaise se déploie à Musaga, quartier contestataire de Bujumbura, Burundi, 20 mai 2015. ( AP Photo/Jerome Delay)

La police burundaise se déploie à Musaga, quartier contestataire de Bujumbura, Burundi, 20 mai 2015. ( AP Photo/Jerome Delay)

Les Nations Unies ont rapporté qu'un de ses employés figurait parmi les neuf personnes tuées dans les violences qui ont lieu au Burundi.

L’agent de l’ONU figurait parmi les neuf personnes tuées dans la nuit de samedi à dimanche dans l'attaque d'un bar de Kanyosha, un autre quartier d'opposants du sud de la capitale, dans un scénario qui fait penser à une exécution.

Lundi, au moins personnes ont été tuées et un policier blessé lundi à Bujumbura, après la mort samedi de neuf autres personnes, dont un employé de l'ONU, dans des violences qui font l'objet d'une réunion du Conseil de sécurité.

Ces violences se poursuivent alors que le Conseil devait se réunit lundi à New York, à la demande de Paris, pour écouter notamment le Haut-commissaire aux Droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, qui l'informera sur "la détérioration rapide de la situation au Burundi".

La communauté internationale craint des violences à grande échelle, certains durs du pouvoir ayant récemment multiplié les propos incendiaires aux connotations ethniques, dans un pays à l'histoire post-coloniale jalonnée de massacres entre Hutu et Tutsi et sorti il y a moins de dix ans d'une longue guerre civile ayant fait quelque 300.000 morts entre 1993 et 2006.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est déclaré lundi "extrêmement préoccupé par la violence" et a ajouté qu'il avait installé des postes de premiers soins dans plusieurs quartiers pour soigner les blessés.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG