Liens d'accessibilité

Burundi : quatre personnes abattues à Bujumbura


Le corps d'un homme tué la nuit d'avant l'élection présidentielle à Bujumbura, au Burundi, le 27 juillet 2015 (AP Photo/Jerome Delay)

Le corps d'un homme tué la nuit d'avant l'élection présidentielle à Bujumbura, au Burundi, le 27 juillet 2015 (AP Photo/Jerome Delay)

Les défunts étaient accusés d'être des informateurs de la police.

Selon le porte-parole adjoint de la police Pierre Nkurikiye, que l’Agence France Presse (AFP) a joint depuis Nairobi, les quatre hommes ont été assassinés par balles la nuit dernière à Musaga, un quartier de Bujumbura dont la population est très majoritairement opposée au 3e mandat du président Pierre Nkurunziza.

Ils "ont été exécutés parce qu'il y avait parmi eux ceux qui collaborent avec la police et ont montré des caches d'armes", a indiqué un habitant de Musaga. Un voisin d'un des quatre hommes tués a confirmé qu'il était soupçonné par les habitants de collaborer avec les services de renseignement.

"Dans la journée, la police avait saisi une quantité importante d'armes" dans le quartier et "des témoins ont dit que ces gens avaient été accusés d'avoir informé les policiers", a reconnu le porte-parole adjoint de la police, précisant néanmoins qu'une enquête était en cours.

Par ailleurs, dans une localité du Bujumbura rural, province qui entoure la capitale, un responsable local des Imbonerakure, la Ligue de jeunesse du parti CNDD-FDD au pouvoir, a réchappé d'une attaque à la grenade, selon un habitant ayant requis l'anonymat.

Les opposants au président Nkurunziza affirment que les Imbonerakure sont chargés des basses oeuvres du parti, s'en prenant aux adversaires du chef de l'Etat. Les Nations Unies (ONU) les qualifient de "milice" agissant en toute impunité, ce que nie farouchement le camp présidentiel selon lequel il s'agit de simples militants.

Le Burundi est plongé depuis fin avril dans une grave crise politique, déclenchée par la volonté du président Nkurunziza de briguer un 3e mandat que ses adversaires jugent anticonstitutionnel. Le pouvoir burundais a maté en mai une tentative de coup d'Etat militaire et a fini par étouffer un mois plus tard, par une brutale répression, six semaines de manifestations quasi-quotidiennes à Bujumbura.

Mais la violence s'est récemment intensifiée, notamment depuis la réélection controversée le 21 juillet du président Nkurunziza.

D'anciens mutins ont pris le maquis et les quartiers contestataires de Bujumbura se sont armés et organisés contre la police, laissant craindre un retour des violences à grande échelle, dans un pays à l'histoire post-coloniale jalonnée de massacres entre Hutu et Tutsi et qui se remet depuis dix ans d'une longue guerre civile (1993-2006).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG