Liens d'accessibilité

Burundi: Mise en garde de Power contre les « risques de retour à la violence de masse »


Samantha Power dit avoir « surtout insisté sur le respect des mandats présidentiels » lors de sa visite au Burundi

Samantha Power dit avoir « surtout insisté sur le respect des mandats présidentiels » lors de sa visite au Burundi

Les Etats-Unis, par la voix de leur Représentante permanente aux Nations Unies (Onu), Samantha Power, ont directement exprimé au président burundais, Pierre Nkurunziza, leurs préoccupations quant à la situation actuelle au Burundi.

Evoquant la résurgence des signes de violence à motivation politique et le rétrécissement de l'espace démocratique au Burundi, Mme Power a appelé M. Nkurunziza à respecter la Constitution et les libertés civiles et politiques. Elle s’exprimait à Bujumbura, où elle a mené une délégation de haut niveau comprenant, entre autres, la secrétaire d'Etat-adjointe aux Affaires africaines, Linda Thomas-Greenfield. Le président Pierre Nkurunziza aimerait briguer un nouveau mandat, contrairement à la Constitution burundaise

Le président Pierre Nkurunziza aimerait briguer un nouveau mandat, contrairement à la Constitution burundaise



En faisant part d’un des deux messages du président Barack Obama à son homologue burundais, nous dit notre correspondant sur place, Mme Power a reconnu les « avancées faites dans le pays depuis la fin de la guerre civile », tout en mettant en garde contre les « risques de retour à la violence de masse ».

« Notre deuxième message », a-t-elle poursuivi, « est lié aux préoccupations sur les restrictions de l'espace politique ici dans ce pays ; aux préoccupations sur l'opposition et les médias; les journalistes … doivent continuer à s'exprimer librement ; aux préoccupations sur le refus à la société civile de se réunir ou même de manifester ».

Toujours selon Mme Power, « Nous avons surtout insisté sur le respect des mandats présidentiels. Le Président a un important héritage que lui et le peuple burundais ont essayé de bâtir depuis 2005 jusqu'à nos jours. Nous croyons que l'héritage qu'il peut laisser est de respecter la constitution comme quelqu'un qui a contribué à l'instauration de la démocratie moderne au Burundi. Ainsi nous l'exhortons à respecter la constitution, l'Etat de droit et les droits humains », a déclaré la représentante permanente des Etats-Unis à l’Onu.

Elle faisait allusion ici, nous précise notre correspondant Eric Manirakiza, au troisième mandat que le président NKurunziza voudrait briguer, contrairement à la constitution burundaise.

Mme Power, en visite dans 3 pays de la région du 6 au 10 avril, était auparavant au Rwanda où elle a participé aux cérémonies marquant le 20è anniversaire du début du génocide. Sa dernière étape, la République centrafricaine (RCA), marquera la deuxième visite qu’elle effectue dans ce pays, où elle s’entretiendra avec des membres du gouvernement de transition, dont la présidente Catherine Samba-Panza, et les chefs de la MISCA, la force africaine de maintien de la paix, pour appuyer les efforts actuels, et préparer le terrain pour une opération officielle de maintien de la paix de l’Onu.
XS
SM
MD
LG