Liens d'accessibilité

Burundi : le parti de Nkurunziza dénonce l’Union européenne de ne cibler qu’une seule éthnie dans ses sanctions


Pierre Nkurunziza, président du Burundi

Pierre Nkurunziza, président du Burundi

Un communiqué du CNDD-FDD qualifie de "provocation" les sanctions récemment infligées par l'Union européenne à quatre personnalités burundaises.

Pour le CNDD-FDD dont fait partie le président Pierre Nkurunziza, les sanctions imposées par l’UE après la dernière présidentielle "ne visent que la division entre les Burundais".

"Les sanctions (...) infligées par l'UE aux Burundais d'une seule ethnie sont de nature à mettre à mal le dialogue en vue (avec l'opposition) avant même son démarrage", souligne le CNDD-FDD.

L’opposition et la communauté internationale dénoncent la réélection de M. Nkurunziza pour un troisième mandat, en violation de la Constitution et des accords de paix.

Le gouvernement n’a toujours pas effectué l’ouverture rapide d’un dialogue politique promis après cette élection.

Le 1er octobre, l'UE a interdit de voyage et gelé les fonds de quatre personnalités "compromettant la démocratie" ou impliqués dans "des actes de violence, de répression, ou d'incitation à la violence" dans le cadre de la grave crise que traverse le Burundi depuis l'annonce fin avril de la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat, que ses adversaires estiment inconstitutionnel.

Le directeur général adjoint de la police Godefroid Bizimana, le chef de cabinet présidentiel chargé de la police Gervais Ndirakobuca, alias "Ndakugarika", et un agent des services de renseignement, Mathias-Joseph Niyonzima alias "Kazungu", accusé d'avoir "formé les milices paramilitaires Imbonerakure" - la Ligue des jeunes du CNDD-FDD -, sont sanctionnés pour leur rôle présumé dans la brutale répression des opposants au 3e mandat.

Est également visé l'ex-général Léonard Ngendakumana, qui a participé au coup d'Etat militaire de la mi-mai, jugé par l'UE "responsable d'attaques à la grenade, ainsi que d'incitations à la violence".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG