Liens d'accessibilité

Un chef d'Ansarul Islam abattu au Burkina Faso


Des forces de l'ordre au lendemain des attaques de Ouagadougou le 15 janvier 2016

Selon les informations, Harouna Dicko a été abattu sur une colline de Petega, un village situé à 25 kilomètres de Djibo dans le nord du pays. Dix-huit suspects ont aussi été interpellés dans le Nord.

Ouagadougou annonce la mort d’un certain Harouna Dicko. Il s’agit d’un présumé terroriste qui aurait perpétré plusieurs attaques dans le nord du pays.

"Cela fait quelques éléments nuisibles de moins" s’est félicité sur VOA Afrique le journaliste Ibrahim Maiga qui vit aux Etats-Unis et qui connait bien la région.

Selon les informations, Harouna Dicko a été abattu mercredi nuit sur une colline de Petega, un village situé à 25 kilomètre de Djibo dans le nord du pays. Il a été tué au cours d’une opération des forces de sécurité.

Operation menée après une attaque dimanche contre une unité mobile de gendarmes. Mercredi nuit, 18 personnes, qui seraient les hommes de main de Harouna Dicko, ont été interpellées et des armes récupérées, selon des sources sécuritaires.

Harouna Dicko est membre du groupe Ansarul Islam qui a revendiqué plusieurs attaques sanglantes dans le nord du Burkina. "Malam Ibrahim Dicko, le chef du groupe, lui, reste toujours introuvable. Ils n’ont pas de liens de parenté directe", selon M. Maiga.

Mi-décembre, un détachement de cette unité spéciale, déployée à Nassoumbou, à proximité de la frontière avec le Mali, avait subi l'attaque la plus meurtrièrejamais perpétrée contre l'armée burkinabè, avec la mort de 12 soldats qui avait traumatisé tout le pays. Le Nord du Burkina, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d'attaques jihadistes régulières depuis le premier trimestre 2015.

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG