Liens d'accessibilité

Polémique autour de tablettes chinoises offertes aux députés au Burkina


Salif Diallo, président de l'Assemblée nationale, le 3 décembre 2015

Les députés burkinabè sont au centre depuis près de trois semaines d'une vive polémique pour avoir accepté des tablettes tactiles offertes par une société chinoise, au point qu'ils ont annoncé lundi y renoncer.

. "Face à l'incompréhension d'une partie de la population et surtout de l'exploitation malsaine qui en est faite, l'Assemblée nationale, réunie en séance plénière le lundi 5 décembre 2016 sur proposition de son président (M. Salifou Diallo, ndlr), a décidé de restituer les tablettes au gouvernement", lit-on dans un communiqué rendu public lundi à Ouagadougou.

" Vous savez que nous sortons d'une periode d'insurgés où nous avons contesté la façon de gérer le pays, les affaires publiques par les tenants du pouvoir que sont Blaise Compaoré et ses différents gouvernements" a expliqué à VOA Afrique Alito Ido, le président du groupe parlementaire UPC, principal parti de l'opposition.

"Donc les insurgés n’ont pas accepté que les députés issus de cette insurrection prennent des tablettes des mains d’un opérateur économique qui a bénéficié d’un contrat au travers du ministère de l’économie numérique" poursuit M. Ido.

Le 10 novembre, les 127 députés avaient reçu chacun devant toutes les caméras de télévision du pays, une tablette de la part de Huawei technologies. Prix total: 65 millions de francs CFA (près de 100.000 euros).

Or, cette société chinoise - pays avec lequel le Burkina n'a plus de relations diplomatiques depuis 1994- avait obtenu cinq mois plus tôt du gouvernement du Burkina, un marché de construction d'une fibre optique qui doit relier Ouagadougou à la frontière du Ghana pour près de 4,7 milliards de francs CFA (7,5 millions d'euros).

Ce "cadeau" de l'entreprise chinoise enfreint une loi anti-corruption interdisant à tout agent public de recevoir des cadeaux dont la valeur excède 35.000 francs CFA (53,35 euros).

Cette loi a été adoptée en 2015 par le Conseil national de la transition (CNT), l'assemblée nationale intérimaire mise en place après la chute du président Blaise Compaoré chassé par la rue fin octobre 2014 après 27 ans au pouvoir pour tourner définitivement la page d'un régime taxé de corrompu.

L'affaire des tablettes a fait grand bruit depuis dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Dans un communiqué, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), une organisation à la pointe de la lutte contre la corruption au Burkina Faso a dénoncé une "violation" qui "intervient au moment où le peuple est toujours dans l'attente de la déclaration d'intérêt et de patrimoine des honorables députés!".

Interpellé samedi lors d'une conférence de presse de son parti, Salifou Diallo le très influent président de l'Assemblée nationale et vice-président du parti au pouvoir s'était montré plus qu'agacé. "Nous avons reçu les tablettes de la ministre du Développement de l'Economie numérique et des Postes. On n'a pas lu la marque sur les cartons. On se fout de la provenance, point barre!", avait-il lancé,s'attirant de vives critiques des réseaux sociaux.

AvecAFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG