Liens d'accessibilité

Burkina : "Mission accomplie" pour la transition, selon son président


Photo d'archives: Le président par intérim Michel Kafando vote à Ouagadougou, le 29 novembre 2015. (REUTERS/Joe Penney)

Photo d'archives: Le président par intérim Michel Kafando vote à Ouagadougou, le 29 novembre 2015. (REUTERS/Joe Penney)

Le président Michel Kafando, qui a dirigé le Burkina Faso lors de la transition issue de la chute du président Blaise Compaoré, a estimé jeudi que la "mission" a été "accomplie".

"Malgré les épreuves que nous avons traversées (...) la mission est accomplie, nous récoltons dans la joie ce que nous avons semé dans les larmes", a déclaré dans un discours télévisé M. Kafando, qui va céder le pouvoir dans quelques jours à Roch Marc Christian Kaboré, élu président dès le premier tour lors de la présidentielle du 29 novembre.

"Au milieu de toutes sortes de difficultés, nous avons conduit le destin du Burkina Faso et bien peu alors donnaient une chance à la transition", a indiqué le chef de l'Etat dans un discours donné à la veille du 55e anniversaire de l'indépendance. Pour lui, "ceux qui ont accepté le sacrifice de vivre cette aventure, ont droit au respect de la nation".

Diplomate à la retraite, M. Kafando a été appelé à la tête du Burkina Faso après la chute de M. Compaoré, chassé du pouvoir le 31 octobre 2014 par la rue après 27 ans de pouvoir.

M. Kafando a dû faire face mi-septembre à 48 heures du démarrage de la campagne électorale présidentielle à un coup d'Etat perpétré par le général Gilbert Diendéré, ancien bras droit de M. Compaoré.

Une résistance populaire soutenue par une partie de l'armée a fait échec au putsch, permettant à M. Kafando de reprendre le pouvoir. Il a organisé les élections, remportées par M. Kaboré, un ancien baron du régime, passé dans l'opposition.

"C'est par elle (la transition) et à la suite de l'insurrection que s'est forgée et développée une nouvelle conscience nationale. C'est par elle qu'est né un nouveau nationalisme burkinabè, puisant sa source dans la résistance farouche des jeunes, face au coup d'Etat", a estimé M. Kafando

"C'est enfin par la transition, à la suite des dernières élections exemplaires, qu'est née la vraie démocratie, gage d'un Burkina nouveau fort et éternel", a-t-il lancé.

"Dans quelques jours, la transition (...) fera ses adieux, dans la satisfaction du devoir accompli et en souhaitant plein succès aux nouvelles autorités", a-t-il conclu.

Le passage de témoin entre M. Kafando et M. Kaboré devrait avoir lieu en décembre après la validation des résultats des élections par la Cour Constitutionnelle. De sources concordantes, l'investiture pourrait avoir lieu le 22.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG