Liens d'accessibilité

Le Burkina met en place la commission d'enquête sur le putsch


Le colonel Sangaré, le nouveau directeur de la justice militaire, en charge du dossier de l'assassinat de Thomas Sankara et du procès de leaders du putsch manqué. (VOA/Bagassi Koura)

Le colonel Sangaré, le nouveau directeur de la justice militaire, en charge du dossier de l'assassinat de Thomas Sankara et du procès de leaders du putsch manqué. (VOA/Bagassi Koura)

La Commission d'enquête sur le putsch du 16 septembre au Burkina Faso a été officiellement installée lundi à Ouagadougou et elle dispose de trente jours pour déposer ses conclusions, selon l'AFP.

"Je voudrais déclarer la Commission d'enquête sur le putsch manqué du 16 septembre composée de huit membres présents officiellement installée dans ses fonctions", a affirmé le Premier ministre Isaac Zida lors d'une brève cérémonie organisée à la primature.

Le magistrat militaire, le colonel Sita Sangaré, a lui aussi été installé ce lundi dans ses fonctions de nouveau directeur de la justice militaire. C'est cette juridiction qui aura la charge de juger l'affaire Thomas Sankara, mais surtout l'affaire du coup d'Etat du 16 septembre.

Des soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'ancienne garde prétorienne du président déchu Blaise Compaoré, avaient fait irruption dans le palais présidentiel le 16 septembre en plein conseil des ministres, prenant en otage tous les membres du gouvernement pour proclamer le coup d'Etat le lendemain.

Créée le 25 septembre par le gouvernement, la Commission a pour mission de "situer les responsabilités, d'identifier les auteurs, complices, militaires et civils impliqués dans la tentative de coup d'Etat perpétrée le 16 septembre 2015" par le RSP.

La Commission, présidée par Simplice Poda, avocat général à la Cour de cassation, dispose d'un mois "pour déposer son rapport".

"Le peuple burkinabè attend vos résultats", a souligné M. Zida avant d'avoir un long entretien à huis clos avec la Commission.

"Nous avons 30 jours et la tâche est immense. Nous espérons terminer le travail dans le délai malgré l'ampleur de la tâche qui nous attend", a déclaré M. Poda.

Le colonel Sangaré, le nouveau directeur de la justice militaire, en charge du dossier de l'assassinat de Thomas Sankara et du procès de leaders du putsch manqué. (VOA/Bagassi Koura)

Le colonel Sangaré, le nouveau directeur de la justice militaire, en charge du dossier de l'assassinat de Thomas Sankara et du procès de leaders du putsch manqué. (VOA/Bagassi Koura)

"Je lance un appel à l'endroit des personnes qui ont été victimes des coups et blessures de prendre attache avec la Commission", a-t-il poursuivi, soulignant que la Commission a déjà commencé ses investigations.

M. Poda a précisé qu'il allait demander à la justice militaire, qui a elle aussi ouvert une information judiciaire sur le coup d'Etat, dans quelle mesure elle peut collaborer avec la Commission.

Une vingtaine de militaires, essentiellement du RSP, parmi lesquels une quinzaine d'officiers dont le général Gilbert Diendéré, considéré comme le cerveau du putsch ont été mis aux arrêts.

Le général Diendéré, ancien chef d'Etat-major particulier de M. Compaoré et l'ex-ministre des Affaires étrangères Djibrill Bassolé ont été inculpés d'"attentat à la sûreté de l'Etat" et "haute trahison".

Le colonel Sangaré, le nouveau directeur de la justice militaire, en charge du dossier de l'assassinat de Thomas Sankara et du procès de leaders du putsch manqué. (VOA/Bagassi Koura)

Le colonel Sangaré, le nouveau directeur de la justice militaire, en charge du dossier de l'assassinat de Thomas Sankara et du procès de leaders du putsch manqué. (VOA/Bagassi Koura)

L'histoire du Burkina Faso, pays sahélien pauvre de 17 millions d'habitants, a été marquée par de nombreux coups d'Etat militaires depuis l'indépendance en 1960.

Des élections présidentielle et législatives initialement prévues pour le 11 octobre et qui doivent refermer la période de la transition ont été repoussées de "plusieurs semaines".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG