Liens d'accessibilité

Burkina : l'opposition ne sera pas "moutonne" face au nouveau pouvoir


Des supporters du candidat Zéphirin Diabré le 25 novembre 2015. (VOA/Bagassi Koura)

Des supporters du candidat Zéphirin Diabré le 25 novembre 2015. (VOA/Bagassi Koura)

L'opposition burkinabè ne sera pas "moutonne" face au nouveau pouvoir, a affirmé jeudi à Ouagadougou, son chef de file Zéphirin Diabré, promettant d'être très critique sur la gestion publique de ce pays pauvre d'Afrique de l'ouest.

"Ce n'est pas une opposition moutonne, mais une opposition ragaillardie, qui ne se taira pas sur la gestion du pouvoir en place", a déclaré lors d'une conférence de presse M. Diabré qui faisait sa première sortie officielle comme opposant avec des représentants de l'ancienne majorité.

"Nous allons apprécier les actions" du pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, un baron du régime Compaoré élu chef de l'Etat fin novembre au Burkina Faso, a-t-il poursuivi, en compagnie d'une vingtaine de leaders politiques se réclamant de l'opposition politique.

"L'opinion burkinabè sera informée des manquements" du pouvoir a également assuré M. Diabré, chef de l'Union pour le progrès et le changement (UPC) et candidat malheureux à l'élection présidentielle de novembre.

Il a été désigné en février comme "Chef de file de l'opposition" (CFOP) en vertu d'une loi de 2013 qui promeut le leader du "parti de l'opposition ayant le plus grand nombre d'élus à l'Assemblée nationale".

M. Diabré, qui occupait déjà ce poste honorifique sous le régime de l'ex-président Blaise Compaoré balayé du pouvoir fin octobre par une insurrection populaire le 31 octobre 2014 après 27 ans de règne, fut un des artisans de sa chute. Il dispose actuellement de dix-neuf députés dans la nouvelle législature.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti de Compaoré, s'est inscrit dans l'opposition tout comme l'Alliance pour la démocratie et la fédération / Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA), un de ses alliés d'alors dans l'ancienne majorité.

"Nous avons gouverné le Burkina Faso pendant plus de 27 ans et aujourd'hui nous nous retrouvons dans l'opposition et j'allais dire que ce n'est pas trop tôt. Il n'est jamais trop tard pour bien faire", a déclaré de son côté, le président par intérim du CDP, Achille Marie Joseph Tapsoba provoquant une hilarité générale dans la salle.

Le président Roch Marc Christian Kaboré, ancien baron du CDP dont il a été le patron pendant plus d'une décennie avant de s'en démarquer a été élu le 29 novembre lors d'élections jugées libres et transparentes par toute la communauté internationale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG