Liens d'accessibilité

Burkina: les trois policiers tués au Sahel burkinabé inhumés


Le ministre de la sécurité brukinabè, Simon Compaoré (à droite), dans le village de Intagom, après l'attaque, le 1er juin 2016.

Le ministre de la sécurité brukinabè, Simon Compaoré (à droite), dans le village de Intagom, après l'attaque, le 1er juin 2016.

Les 3 policiers tués mardi lors de l’attaque terroriste de leur poste de Intagom à la frontière avec le Mali ont été inhumés lors d'une cérémonie solennelle cette après-midi à Ouagadougou.

Il y avait beaucoup d'émotion lors de la cérémonie en hommage aux trois policiers, Coulibaly Kani Michel, Silga W. Fulbert, Tiolé Tibo, morts lors de l'attaque terroriste au commissariat de Intagom dans le Sahel burkinabé.

De nombreuses personnes sont venues se recueillir, dont Simon Compaoré, ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité intérieure.

Pour leurs sacrifices, ils ont reçu les hommages de la nation et décoré à titre posthume.

Le reportage sur place à Ouagadougou, de notre correspondant Issa Napon.

Simon Compaoré, ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité intérieure, s'est exprimé lors de la cérémonie : "L'action de ces bandits de grand chemin, qui n'est pas exagérée d'appeler terroriste, vise à déstabiliser notre pays. Nous devons mettre un frein à son développement".

Il a poursuivi : "Tout est mis en oeuvre pour garantir l'intégrité de nos frontières et la sécurité de la population. Le Burkina Faso ne reculera jamais contre une force du mal".

XS
SM
MD
LG