Liens d'accessibilité

Burkina : les blessés de l'insurrection anti-Compaoré et du putsch manqué, décorés


Un manifestant, lors de la protestation qui allait conduire à la chute du président Blaise Compaoré, Ouagadougou, 28 octobre 2014.

Un manifestant, lors de la protestation qui allait conduire à la chute du président Blaise Compaoré, Ouagadougou, 28 octobre 2014.

Certaines personnes totalement rétablies de leurs blessures, d'autres appuyées sur des béquilles, ont été faites notamment chevalier de l'ordre national par le Premier ministre de la transition, le lieutenant-colonel Isaac Zida et d'autres personnalités de l'Etat.

Environ un millier de personnes, blessées lors de l'insurrection populaire d'octobre 2014 qui a chassé l'ex-président Blaise Compaoré du pouvoir et aussi du putsch manqué de septembre 2015, ont été décorées vendredi lors de la célébration du 55e anniversaire de l'indépendance du Burkina.

Au total, 652 blessés ont été dénombrés pendant l'insurrection populaire anti-Compaoré et 271 blessés durant le putsch manqué.

Fin octobre, le gouvernement avait déjà rendu hommage aux 28 victimes de l'insurrection populaire du 31 octobre 2014 ayant entraîné la chute de l'ancien président Blaise Compaoré, après 27 ans au pouvoir.

Les autorités ont associé à ces hommages les quatorze victimes du putsch manqué du 17 septembre dernier perpétré par le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'ancienne garde prétorienne de M. Compaoré.

Une stèle avait été érigée en leur mémoire au pied du "Monument des martyrs" construit sous le régime Compaoré dans le quartier huppé de Ouaga 2000 et elles avaient été élevées au rang de "chevalier de l'Ordre national" par le président Michel Kafando.

"Les blessés de l'insurrection populaire et du putsch (du 17 septembre) attendent une action concrète de vous", avait lancé le porte-parole de l'Association des blessés, Dramane Ouédraogo, aux autorités de la transition qui les ont, selon lui, "abandonnés".

Après avoir dirigé la transition pendant un an, M. Kafando, doit céder le pouvoir dans quelques jours à Roch Marc Christian Kaboré, élu président dès le premier tour lors de la présidentielle du 29 novembre.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG