Liens d'accessibilité

Le Burkina dans l’attente d’un nouveau gouvernement


Des jeunes agriculteurs en formation au Burkina

Des jeunes agriculteurs en formation au Burkina

Bon nombre de Burkinabè estiment qu’il faudra un peu plus que l’arrivée d’un nouvel exécutif pour ramener la sérénité au Faso.

Les Burkinabè attendent de connaître le gouvernement que va former le nouveau Premier ministre, Luc Adolphe Tiao. Bon nombre d’entre eux estiment, toutefois, qu’il faudra un peu plus que l’arrivée d’un nouvel exécutif pour ramener la sérénité au Faso.

Le professeur Augustin Loada, enseignant de droit et de sciences politiques à l’université de Ouadougou 1, relève le « caractère protestataire » des mouvements que vient de connaître le Burkina Faso. « Protestations vis-à-vis probablement de la manière de gérer l’institution militaire, mais aussi par rapport peut-être à des situations sociales que vivent les militaires comme l’ensemble des Burkinabè », a expliqué le professeur Loada.

Pour lui, ce que vient de vivre le Burkina Faso est « l’illustration de faillite totale du système de gouvernance en place. » Augustin Loada souligne que « même s’il y a des problèmes au niveau de l’armée, il y a des institutions qui sont chargées de donner les informations sur ce qui se passe dans l’institution militaire. » Il cite notamment la commission chargée de la Défense de l’Assemblée nationale et le ministère chargé de la Défense pour ensuite se demande « comment ces institutions ont pu fonctionner sans savoir ce qui se passe dans l’Institution militaire. »

XS
SM
MD
LG