Liens d'accessibilité

Burkina Faso : une dizaine de soldats aux arrêts


Le Lieutenant Colonel Yacouba Isaac Zida (C) pose pour la photo, avec d'atres officiers, après avoir proclamé la prise du pouvoir, à Ouagadougou, Burkina Faso, le 1 novembre 2014.

Le Lieutenant Colonel Yacouba Isaac Zida (C) pose pour la photo, avec d'atres officiers, après avoir proclamé la prise du pouvoir, à Ouagadougou, Burkina Faso, le 1 novembre 2014.

Des sources au sein du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ont révélé mardi l’arrestation d’une dizaine de soldats après les tirs des coups de feu en l’air qui ont eu lieu la veille dans la caserne de cette unité.

Une source diplomatique a confirmé ces arrestations, selon l’AFP.

Des tirs avaient eu lieu lundi soir alors que le chef et deux gradés du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), venaient d’être brièvement interrogés par la gendarmerie sur des soupçons d’une action du régiment contre le Premier ministre Isaac Zida, qui rentrait d'un voyage officiel à Taïwan, dimanche à l'aéroport de Ouagadougou.

Le porte-parole du gouvernement, Frédéric Nikiéma, a indiqué que le conseil des ministres devait se réunir dans l’après-midi autour de la question.

Comme une partie de la société civile, le Premier ministre Isaac Zida, qui est pourtant le n°2 du régiment, réclamait le démantèlement de cette unité après la chute du président Blaise Compaoré.

Les relations sont tendues entre le lieut. Col. Zida et le régiment depuis cette demande, qui semblait avoir été abandonnée après des négociations entre les deux parties.

Faut-il s’inquiéter de ces sautes d’humeur du service d’élite de protection de la présidence ? Eléments d’analyse avec le rédacteur en chef du quotidien L’Evènement Newton Ahmed Barry :

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG