Liens d'accessibilité

Au Burkina Faso, un tiers des provinces sont en déficit céréalier


Le nouveau président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le 1er décembre 2015 à Ouagadougou. (AP Photo/Theo Renaut)

Le nouveau président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le 1er décembre 2015 à Ouagadougou. (AP Photo/Theo Renaut)

"On note 15 provinces déficitaires, 10 en situation d'équilibre et 20 provinces excédentaires", selon le gouvernement qui envisage un plan de soutien aux populations vulnérables.

Un tiers des 45 provinces que compte le Burkina Faso enregistre des déficits céréaliers contraignant le gouvernement à envisager un plan de soutien aux populations vulnérables, a indiqué un communiqué du Conseil des ministres publié jeudi à Ouagadougou.

La production céréalière totale pour la saison agricole 2015-2016 est estimée à 4.535 939 tonnes, soit une hausse de 1,49% par rapport à la campagne précédente, selon le texte.

"On note 15 provinces déficitaires, 10 en situation d'équilibre et 20 provinces excédentaires", a précisé le gouvernement qui souligne que la production prévisionnelle totale des autres cultures vivrières s'établit à 791.904 tonnes, soit une hausse de 13,86% comparativement à la campagne 2014-2015.

Le gouvernement n'a pas donné la cartographie des provinces déficitaires.

Pays sahélien pauvre d'Afrique de l'Ouest, le Burkina Faso qui compte 17 millions d'habitants, est confronté à des déficits agricoles chroniques l'exposant à des disettes et surtout à des menaces régulières de famine.

En 2O08, le Burkina avait connu de violentes manifestations contre la "vie chère" suite à une montée vertigineuse des prix des denrées alimentaires consécutives à de mauvaises récoltes liée à l'insuffisance des pluies et à la hausse des prix des denrées sur le marché mondial.

Le gouvernement du président Roch Marc Christian Kaboré, qui a pris fonction fin décembre, a annoncé qu'il prendrait "les mesures idoines pour accroître la production agricole par une meilleure planification de la mise à disposition des intrants et une adaptation des techniques aux capacités des aménagements hydro-agricoles".

Le Burkina envisage la mise en oeuvre d'"un plan de résilience et de soutien aux populations vulnérables" qui consiste généralement à la vente de céréales à des prix réduits, à du "cash for work" (travail contre nourriture) ou à la distribution gratuite de vivres aux familles les plus pauvres.

Par ailleurs, le communiqué note que la production des cultures de rente, dont le coton, "est restée stable par rapport à la campagne précédente", souligne le texte qui précise qu'elle s'établit à 1.567 220 tonnes.

AFP

XS
SM
MD
LG