Liens d'accessibilité

Burkina : une soixantaine de radios unies pour couvrir les élections ; la Céni donnera les résultats le lendemain


Le président de la transition burkinabè Michel Kafandao, le 30 septembre 2015. (AP Photo/Theo Renaut)

Le président de la transition burkinabè Michel Kafandao, le 30 septembre 2015. (AP Photo/Theo Renaut)

Dans le cadre du projet FasoMédias2015, une rédaction commune a été installée à Ouagadougou, avec une quinzaine de journalistes et une soixantaine de reporters. De son côté, la Céni s'engage à livrer les résultats dès le lendemain des élections.

Une soixantaine de radios FM du Burkina Faso ont installé, vendredi 6 novembre, une rédaction commune à Ouagadougou dans le cadre du projet FasoMédias 2015, destiné à la couverture des élections présidentielle et législatives du 29 novembre.

La rédaction centrale de FasoMédias 2015, formée de quinze journalistes, sera appuyée par une soixantaine de reporters chargés de la couverture des élections (campagne électorale et vote), a indiqué Charlemagne Abissi, le président de l'Union nationale de l'audiovisuelle libre du Faso (Unafa), une association regroupant radios et télévisions privées du Burkina Faso.

"FasoMédias FM va produire durant la campagne électorale une heure d'émission quotidienne qui sera diffusée sur les 60 radios partenaires du projet. Ce sera une émission d'information sur les élections et de sensibilisation au processus du vote intitulé ‘L'heure du citoyen’. On aura aussi une émission phare appelée le ‘Grand oral’ avec les 14 candidats à la présidentielle qui aura lieu pendant une semaine à partir du 21 novembre", a indiqué M. Abissi.

FasoMédias FM animera également une journée et une soirée électorales, du dimanche 29 novembre à 6 h (locales et GMT) au lundi 30 novembre à 8 h, a-t-il détaillé.

Un projet de plus d'un demi-million d'euros

Ce projet a été financé par l'Union européenne, l'ONG suédoise Diakonia et la France pour plus d'un demi-million d'euros. Il a notamment été soutenu par CFI qui a dépêché des journalistes pour former leurs collègues burkinabè à la couverture des élections.

Le Burkina Faso organise des élections présidentielle et législatives cruciales le 29 novembre pour mettre fin au régime de "transition" démocratique ouverte après la chute du président Blaise Compaoré, chassé le 31 octobre par la rue après 27 ans au pouvoir.

De son côté, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) compte publier les résultats de l'élection présidentielle dès le lendemain du vote, a déclaré samedi à Ouagadougou son président Me Barthélémy Kéré.

Il s'exprimait lors d'un exercice pratique de transmission des résultats des bureaux de vote par un réseau satellitaire, une première au Burkina.

Liaison satellitaire

Selon la Céni, les résultats des bureaux de vote de l'élection présidentielle et des législatives seront regroupés dans les 349 communes rurales et les 19 arrondissements du Burkina Faso avant d'être acheminés par liaison satellitaire à son "quartier général" à Ouagadougou pour le traitement final et la proclamation des résultats provisoires.

Légalement, la Céni a sept jours pour proclamer les résultats provisoires, un délai qui peut être prorogé de trois jours sur décision du Conseil constitutionnel.

"Nous aurions souhaité publier les résultats provisoires quelques heures seulement après la clôture des votes comme en Europe, mais nous n'avons pas encore les moyens pour cela. Mais nous voulons réduire au strict minimum les délais d'attente qui sont souvent source de suspicions. Les crises post-électorales proviennent aussi souvent des suspicions de manipulations des résultats du vote du fait de la longue attente", a indiqué Me Kéré.

"C'est un projet qui participe à la transparence et à la crédibilité du scrutin (...) Ca va contribuer à apaiser la situation post-électorale et surtout à permettre l'expression réelle et sincère de la volonté du peuple", a réagi Tahirou Barry, un des 14 candidats en lice.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG