Liens d'accessibilité

Burkina : un ex-porte-parole du gouvernement de Compaoré arrêté pour malversation


Blaise Compaoré, l'ancie président du Burkina Faso. REUTERS/Stan Honda/Pool

Blaise Compaoré, l'ancie président du Burkina Faso. REUTERS/Stan Honda/Pool

Alain Edouard Traoré, ancien ministre de la Communication du dernier gouvernement de l’ex-président Blaise Compaoré est accusé des malversations présumées concernant la Radiodiffusion télévision nationale du Burkina Faso.

"Alain Edouard Traoré a été interpellé et amené à la MACO (Maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou) aujourd'hui dans le cadre de sa mise en accusation pour des faits de détournements de deniers publics", a déclaré à l'AFP le procureur de la Haute Cour de justice, Armand Ouédraogo indiquant qu'il avait été "auparavant" auditionné et laissé en liberté par la commission d'instruction de la Haute cour de justice.

Les députés du parlement intérimaire du Burkina ont voté mi-juillet une mise en accusation de neuf ministres dont M. Traoré pour "détournements de deniers publics" et "enrichissements illicites".

Le parlement reproche notamment à l'ex-ministre de la Communication de "multiples violations intentionnelles des procédures de passations des marchés publics (qui) ont eu pour conséquence de détourner ou dissiper la somme de 100 millions de francs CFA (150.000 euros) appartenant à l'Etat à son seul profit".

Trois autres ministres du gouvernement de M. Compaoré avaient récemment été arrêtés et écroués pour des cas de malversations.

Les députés du parlement intérimaire avaient aussi voté en juillet la mise en accusation de Compaoré pour "haute trahison" et "attentat à la Constitution".

Le procureur général de la Haute Cour de justice, institution qui entre pour la première fois en action, a promis début août que les premiers jugements devant sa juridiction auraient lieu "avant la fin de la transition mise en place après la chute de Blaise Compaoré.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG