Liens d'accessibilité

Boukary Daou sera jugé à la mi-avril


Boukary Daou a comparu devant la justice lundi, et sera jugé dans un mois

Boukary Daou a comparu devant la justice lundi, et sera jugé dans un mois

Le journaliste Boukary Daou, qui a été déféré à la prison centrale de Bamako au Mali, a été entendu par le procureur général lundi. Le directeur de publication du quotidien Le Républicain avait été arrêté début-mars par la Sécurité d’Etat, après avoir publié une lettre ouverte adressée par un soldat malien au président Dioncounda Traoré. Cette lettre évoquait les avantages financiers considérables accordés au capitaine Amadou Sanogo, responsable du coup d’Etat du 22 mars 2012.


La semaine dernière, la presse malienne a organisé des journées « presse morte » pour protester contre l’interpellation et l’incarcération du journaliste. M. Daou a été transféré à la Brigade d’investigation judiciaire vendredi dernier.

Lundi, « le juge a mis Boukary Daou sous mandat de dépôt » a dit le correspondant de la Voix de l’Amérique (VOA), Kassim Traoré. « Dans le chef d’inculpation on l’accuse d’incitation aux crimes et aux tueries et aussi de la publication de fausses nouvelles » ajoute M. Traoré.

"Bien entendu, ça c'est l'appréciation du parquet. Le 16 avril, quant les débats de fonds vont commencer, nous allons pouvoir faire les observations utiles pour mettre en vue les failles de l'accusation" a fait valoir de son côté Mahamane Hamèye Cissé, directeur du journal Le Scorpion, et président du comité de crise à Bamako.

Les avocats présents ne se sont livrés à aucun commentaire. Ils s’affairent pour demander que le journaliste soit remis en liberté provisoire. « Le juge a par la même occasion informé les clients et l’intéressé qu’il sera jugé le 16 avril prochain, c'est-à-dire dans un mois » a poursuivi M. Traoré.
XS
SM
MD
LG