Liens d'accessibilité

Bombardement de l'hôpital de MSF à Kunduz : le bilan passe de 30 à 42 morts


Les restes de l'hôpital de MSF à Kunduz, le 16 octobre 2015. (Najim Rahim via AP)

Les restes de l'hôpital de MSF à Kunduz, le 16 octobre 2015. (Najim Rahim via AP)

Le bilan du bombardement américain en octobre sur l'hôpital de MSF à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, a été revu à la hausse à 42 morts par une enquête interne de MSF publiée samedi.

"MSF avait auparavant fait état d'un bilan d'au moins 30 morts, mais l'organisation confirme que ce bilan a augmenté, passant à 42 morts, après un examen méthodique des dossiers de MSF, des plaintes des familles, et des témoignages de patients, du personnel et des proches", a annoncé Médecins sans frontières (MSF) dans un communiqué samedi 12 décembre.

"Le bilan actualisé comprend 14 employés de MSF dont la mort a été confirmée, ainsi que 24 patients et quatre personnes les assistant", précise MSF.

Le bombardement américain mené le 3 octobre contre l'hôpital en pleine offensive des talibans sur la ville de Kunduz a entraîné la fermerture de l'établissement et une avalanche de critiques venues du monde entier.

"Erreur humaine" vs "négligence"

Le Pentagone a reconnu fin novembre que le raid avait été causé "avant tout par l'erreur humaine", une version rejetée par MSF, selon qui au-delà des erreurs, il y a eu "une grossière négligence des troupes américaines et des violations du droit de la guerre".

MSF et d'autres ONG continuent à réclamer une enquête indépendante.

Ils ont appelé à une "commission internationale humanitaire pour établir les faits", un dispositif prévu par le droit international mais qui n'a jamais été utilisé. Cela nécessiterait un accord des Etats-Unis et de l'Afghanistan, mais aucun des deux pays n'a accepté jusque là.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG