Liens d'accessibilité

Boko Haram : l’ONU appelle la communauté internationale à se "mobiliser davantage"


Des soldats nigérians montent la garde pendant les célébrations de l'Aïd al-Fitr à Maiduguri, au Nigeria, jeudi 8 août 201.

Des soldats nigérians montent la garde pendant les célébrations de l'Aïd al-Fitr à Maiduguri, au Nigeria, jeudi 8 août 201.

L'appel a été lancé jeudi par le représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily à Libreville, au Gabon.

La communauté internationale doit se "mobiliser davantage" face "aux menaces terroristes" que fait peser le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram en Afrique centrale, a déclaré jeudi le représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique centrale, Abdoulaye Bathily à Libreville, au Gabon.
Bathily a prévenu que les attaques meurtrières menées par Boko Haram ont dépassé les frontières du Nigeria et constituent désormais une menace pour les pays voisins.

"Si rien n'est fait dans l'urgence, il est fort probable que survienne une catastrophe humanitaire qui compliquerait davantage les défis sécuritaires", a insisté le représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique centrale.

Le Cameroun est l'une des principales victimes des activités de Boko Haram.

Le constat que Bathily fait des actvités du groupe djihadistes est plus qu’alarmant. "Les attaques meurtrières menées par Boko Haram ont dépassé les frontières du Nigeria et constituent désormais une menace pour les pays voisins. Le Cameroun en est l'une des principales victimes", a-t-il déploré.

Au nombre des conséquences des activités de Boko Haram, les Nations Unies retiennent, qu’entre juin et octobre 2014, plus de 17.000 Nigérians ont été contraints de fuir leur milieux d’origine pour trouver réfuge dans un camp de réfugiés à Minawao, dans l'Extrême-Nord.

L'enlèvement de plus de 200 lycéennes est une épisode que le monde n'a pas encore digérée des opérations de ce groupe islamique.

Les autorités locales et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) notent qu'entre 4.000 et 5.000 nouvelles personnes arrivent dans la région chaque semaine, dont environ 70% de femmes et d'enfants nécessitant une assistance immédiate.

Les Nations Unies apprécient à juste titre les actions que les autorités religieuses, traditionnelles et les membres de la société civile mènent pour éviter l'enrôlement des jeunes par Boko Haram, soutenant ainsi les efforts des gouvernements, y compris en matière de sensibilisation des populations.

L'insurrection de Boko Haram ensanglante depuis 2009 le Nigeria, et de plus en plus les pays alentours. Plus de 10.000 personnes, majoritairement des civils, ont été tuées depuis cinq ans au Nigeria dans les attaques de Boko Haram et leur répression féroce par les forces de sécurité nigérianes.

XS
SM
MD
LG