Liens d'accessibilité

Boko Haram: le Cameroun salue la "contribution précieuse" de l'armée américaine


Paul Biya, le président du Cameroun

Paul Biya, le président du Cameroun

Le président camerounais Paul Biya s'est "félicité" jeudi de l'engagement militaire américain dans le nord du pays pour aider à combattre les islamistes nigérians de Boko Haram, saluant "une contribution précieuse", dans un communiqué lu à la radio d'Etat.

"Dans le cadre de la mobilisation globale contre le terrorisme international et notamment de la lutte contre la secte terroriste Boko Haram, les gouvernements américain et camerounais ont convenu du déploiement dans notre pays d'un détachement de personnels de l'armée américaine chargés de conduire des opérations de renseignement, de surveillance et de reconnaissance", a déclaré le président Biya.

L'engagement américain "apportera à nos forces de défense et de sécurité une contribution précieuse dans la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram", a-t-il poursuivi.

Le détachement, dont le déploiement a commencé, "sera basé à Garoua", chef-lieu de la région Nord voisine de celle de l'Extrême-Nord, a indiqué M. Biya, sans donner davantage de précisions.

Le président Barack Obama avait annoncé mercredi le déploiement en cours au Cameroun de 300 militaires américains, dont 90 sont sur place depuis lundi.

Les forces américaines seront armées pour assurer leur protection et permettre le bon déroulement de ces opérations mais "elles ne seront pas sur place dans un rôle de combat", a précisé Josh Earnest, porte-parole de l'exécutif américain.

Cette annonce a également été saluée jeudi par le Nigeria et qualifiée d'"évolution bienvenue" dans la lutte contre l'insurrection par le porte-parole du président Muhammadu Buhari.

La Cameroun fait partie de la coalition régionale contre les insurgés qui mènent depuis plusieurs mois des attentats sanglants bien au-delà du nord-est du Nigeria, leur fief historique, dans les États limitrophes: Tchad, Cameroun et Niger.

Un double attentat-suicide a ainsi frappé dimanche l'Extrême-Nord du Cameroun, tuant au moins neuf personnes. Deux femmes kamikazes se sont fait exploser dans le village de Kangaleri, à une trentaine de kilomètres de Mora.

Il s'agissait des 14e et 15e attentats-suicides dans l'extrême-nord du Cameroun depuis juillet. Plus de 100 personnes ont péri dans ces attentats attribués aux islamistes nigérians.

Boko Haram, dont l'insurrection a fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009, est tenu pour responsable de la mort de près de 1.300 personnes depuis la prise de fonctions du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari le 29 mai, qui a fait de la lutte contre le groupe armée une priorité.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG