Liens d'accessibilité

Boko Haram, Ansaru, désignés organisations terroristes étrangères


Une affiche offrant une récompense pour la capture d'un chef de la milice Boko Haram

Une affiche offrant une récompense pour la capture d'un chef de la milice Boko Haram

Le département d'Etat américain a inscrit mercredi Boko Haram et Ansaru, deux groupes militants armés, sur la liste des organisations terroristes étrangères.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a précisé que ces « dernières années, Boko Haram et Ansaru ont été responsables de milliers de morts dans le nord et le centre du Nigeria, y compris des dizaines d'attaques contre des églises et des mosquées, des assassinats ciblés de civils, et l’attentat à la bombe kamikaze en 2011 contre le bâtiment des Nations Unies (ONU) à Abuja, qui a coûté la vie à 21 personnes et fait des dizaines de blessés ».

Maintenant que ces deux milices figurent sur la liste des organisations terroristes, l’espoir est qu’elles seront plus difficiles à financer. La désignation, en « permettant aux banques de geler les avoirs détenus aux États- Unis » témoigne de l’engagement ferme du gouvernement américain à lutter contre le terrorisme, affirme le communiqué.

« Comme le président Obama a souligné lors de sa rencontre avec le président nigérian Goodluck Jonathan en septembre, nous encourageons le Nigeria à poursuivre une approche contre le terrorisme mondial qui utilise des outils de répression efficaces, crée des opportunités économiques, et veille à ce que les droits humains soient protégés et respectés » ajoute la déclaration.

Le communiqué a été publié alors même qu’une sous-commission du Congrès américain tenait mercredi une audience sur la menace posée par la milice Boko Haram.

Le président de la commission, Christopher Smith, a constaté que le Boko Haram répond à la définition d'un groupe terroriste et devait être désigné en tant que tel.

En juin 2012, le département d'Etat a inscrit l’un des chefs les plus en vue de Boko Haram, Abubakar Shekau, sur la liste des terroristes recherchés, ainsi que deux autres hommes, Abubakar Adam Kambar et Khalid al- Barnawi, qui auraient des liens avec la milice nigériane et avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Le nom de Boko Haram en langue haoussa signifie « l'éducation occidentale est un péché ». Le groupe lutte contre le gouvernement nigérian depuis 2009, et mène de fréquentes attaques contre des postes de police, des prisons, et des responsables gouvernementaux, ainsi que des cibles civiles comme les églises et les mosquées.

La milice dit lutter pour la création d’un Etat islamique dans le nord du Nigeria, bien qu’on ignore pratiquement tout de la structure, des dirigeants, ou même des membres du groupe.

En mai dernier, le gouvernement du Nigeria a déclaré l'état d'urgence dans trois États septentrionaux et a déployé des milliers de soldats pour combattre le groupe. Mais les attaques se poursuivent, tandis que l'armée se voit accusée d’avoir tué des centaines de civils lors d’opérations maladroites.
XS
SM
MD
LG