Liens d'accessibilité

Boko Haram: activités économiques en ralenti au Tchad et au nord du Cameroun


Une famille ayant fui Boko Haram, dans le camp de réfugiés de Minawao, au Cameroun. (AP Photo/Edwin Kindzeka Moki)

Une famille ayant fui Boko Haram, dans le camp de réfugiés de Minawao, au Cameroun. (AP Photo/Edwin Kindzeka Moki)

Récemment, des membres présumés du groupe ont détourné trois camions de marchandises vers une destination inconnue.

L'activité économique est sérieusement perturbée au Tchad et dans l’extrême-nord du Cameroun du fait des fréquentes attaques de Boko Haram. Récemment, des membres présumés du groupe ont détourné trois camions de marchandises vers une destination inconnue. Ce nouvel épisode marque un changement de stratégie depuis que le groupe terroriste a commencé à cibler des mosquées au Cameroun.

Naffissa Adja, vendeuse dans l'un des magasins les plus populaires de N'Djamena, affirme n’avoir pas encore perçu son salaire du mois dernier. Elle n'a pas été payée parce que les affaires sont au ralenti en raison d'attaques régulières contre les camions d'approvisionnement. Le magasin n'a pas reçu de marchandises du Nigeria depuis plusieurs mois.

Le chauffeur Tocba Haman, 45 ans, affirme qu'il ne se rend plus au Nigeria par crainte des militants de Boko Haram qui s’en prennent aux camions et tuent les chauffeurs.

Abdoul Saïd, fonctionnaire des douanes du Tchad, confie que rien que samedi dernier, trois établissements commerciaux de N’Djaména ont perdu leurs camions interceptés par les insurgés de Boko Haram à Gambarou au Nigéria. Cette localité est séparée de la ville camerounaise de Fotokol par un pont long de 500 mètres.

Le Tchad et l’extrême-nord du Cameroun s'approvisionnent en divers biens à partir de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno. C’est le cas des produits de base et les produits manufacturés, comme les téléphones portables, les outils agricoles et les pièces de rechange pour véhicules. Ces biens sont transportés de Gambarou et de Fotokol du côté camerounais à destination de Kousseri au Cameroun et N'Djamena au Tchad.

Le député camerounais Abba Kabbir reconnaît que l’activité économique tourne au ralenti dans le nord du Cameroun et au Tchad parce que les insurgés contrôlent toujours les routes d'approvisionnement coté nigérian.

Enclavés, le Tchad et le nord du Cameroun dépendent également du port camerounais de Douala sur la côte atlantique. Mais la principale route reliant l’extrême-nord du Cameroun au reste du pays est souvent prise d’assaut par les insurgés nigérians, nécessitant des escortes armées pour les convois de biens et de personnes.

Ces derniers temps, le Tchad se tourne de plus en plus vers le Soudan, son voisin de l’est, pour ses importations de marchandises. Mais là également, l'instabilité dans l’Ouest du Soudan et ses répercussions au Tchad déstabilisent les deux pays.

XS
SM
MD
LG