Liens d'accessibilité

Boko Haram a causé une des pires crises humanitaires d'Afrique, selon le CICR


Des réfugiés nigérians, victimes des attaques de Boko Haram, à Gaidam, Nigeria, jeudi 6 mai 2015

Des réfugiés nigérians, victimes des attaques de Boko Haram, à Gaidam, Nigeria, jeudi 6 mai 2015

Le Comité international de la Croix rouge (CICR), qui tire la sonnette d’alarme sur les exactions du groupe islamiste, indique que des fonds supplémentaires sont nécessaires afin de porter secours aux victimes.

Le président du CICR, Peter Maurer, a fait ce constat après s'être rendu à Yola et Maiduguri, deux villes du nord-est du Nigeria où des centaines de milliers de déplacés ont trouvé refuge.

"Je suis revenu avec la forte impression que je n'ai vu que la partie émergée de l'iceberg", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Abuja, la capitale fédérale nigériane.

M. Maurer a notamment insisté sur le besoin urgent d'aide aux victimes de violences sexuelles, de nombreuses femmes et jeunes filles ayant été enlevées puis violées par le groupe islamiste.

Puis il a critiqué, sans les nommer, des associations humanitaires pour leur manque de réactivité. "Je suis très critique envers ces acteurs humanitaires qui parlent beaucoup (mais) ne produisent pas de résultats sur le terrain", a-t-il ajouté.

"Des communautés entières ont fui leurs villages et enduré des douleurs inimaginables (...) Elles ont besoin de soutien bien au-delà de ce que le CICR peut leur apporter. Et dans certains endroits, nous sommes tout seuls", a-t-il précisé par ailleurs dans un communiqué.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG