Liens d'accessibilité

Boko Haram : 150 tués dans le raid de lundi dernier au Nord du Nigeria


Deux médecins et 38 policiers comptent parmi les vicitmes.

Des hôpitaux et de hauts responsables avancent les chiffres de 150 personnes tuées lors du raid que le groupe Boko Haram a lancé lundi la ville de Damaturu, dans le nord-est du Nigeria.

Cent quinze cadavres ont été comptés à la morgue l'hôpital Sani Abacha de la ville.

Le porte-parole de la police Emmanuel Ojukwu indiqué que les 115 corps étaient ceux des personnes portant des vêtements civils. Deux étaient médecins et 38, des policiers.

Le responsable des secours affirme que 78 personnes blessées ont été soignées et 53 ont quitté l'hôpital après avoir reçu de soins.

De leur côté, les membres des milices privées anti-Boko Haram de la ville avaient seulement affirlmé que plus de 40 islamistes avaient été abattus lors des combats.

Le bilan officiel n’a pas encore été donné sur la triple attaque de lundi dernier dans deux états du Nord du Nigeria.

Le porte-parole de l'Etat de Yobe, Adullahi Bego, avait affirmé lundi soir que les forces de sécurité avaient ont pu repousser l'attaque grâce à une intervention "aérienne et terrestre".

L'attaque à Damaturu est survenu quelques jours à peine après une tuerie qui a fait plus de 120 vendredi devant la grande mosquée de Kano, principale ville du nord du Nigeria. L'attentat a été attribué à Boko Haram, un groupe extrémiste qui a lancé depuis 2009 une insurrection armée pour imposer la création d'un Etat islamique dans cette partie du Nigeria à majorité musulmane.

Lundi également, le jour de l'attaque de Damaturu, deux femmes kamikazes se sont fait exploser sur un marché de Maiduguri, fief de Boko Haram et capitale de l'Etat voisin de Borno, pour lequel aucun bilan n'était encore disponible.

Moins d'une semaine auparavant deux autres femmes avaient fait plus de 45 morts à Maidiguri.

Selon la source médicale interrogée, les secouristes continuent la recherche de victimes éventuelles aux alentours de Damaturu. "Des gens ont pu mourir de blessures reçues au moment où ils tentaient de fuir".

XS
SM
MD
LG