Liens d'accessibilité

Blocus de Gaza : l’activité économique étranglée


Les dépouilles de policiers égyptiens tués dans la péninsule du Sinaï.

Les dépouilles de policiers égyptiens tués dans la péninsule du Sinaï.

Une récente offensive du nouveau gouvernement de l'Egypte contre les militants opérant dans le Sinaï s’est traduite par la destruction de la plupart des tunnels de contrebande reliant la péninsule à la Bande de Gaza. Du coup, on signale des pénuries de matériel agricole à Gaza, et le chômage est en hausse.

Mohamed Shamalak et sa famille exploitent un bout de terrain d'un hectare depuis trois générations. Chaque saison, permet de produire des dizaines de caisses de poivrons, concombres et laitues.

Située à proximité d’une autoroute qui parcoure presque toute la longueur de la bande de Gaza, leur entreprise bénéficiait jusqu’à récemment d’un flux constant de clients . Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

« Les gens sont démunis. J'ai juste pris deux caisses de concombres, et depuis ce matin, je n'ai vendu qu’un seul kilo. Les gens les trouvent trop cher. Tout est coûteux », a déclaré Shamalak à la Voix de l’Amérique (VOA).

Depuis que le gouvernement égyptien a détruit les tunnels, souligne Shamalak, les prix des engrais ont grimpé en flèche. Ce qui a aggravé le blocus imposé il y a six ans par Israël. Le gouvernement égyptien accuse les militants d’utiliser les tunnels pour lancer des attaques dans la péninsule du Sinaï.

Ce dont doutent un grand nombre de Gazaouis, vu l’enjeu pour leur territoire. Ils pensent que les nouveaux dirigeants égyptiens tentent plutôt de saper le Hamas, histoire de le punir pour avoir soutenu le président égyptien déchu, Mohamed Morsi, et les Frères musulmans.

Beaucoup de Gazaouis sont au chômage, ajoute Shamalak. Il a dû baisser ses prix et frôle le seuil de rentabilité.

« La solution pour que les choses reviennent à la normale, c’est de rouvrir le passage, rouvrir les tunnels, pour que tous les travailleurs puissent reprendre le travail », affirme-t-il. Mais le nouveau gouvernement au Caire ne semble guère disposé en ce sens. Donc, les agriculteurs prennent leur mal en patience, en espérant des jours meilleurs.
XS
SM
MD
LG