Liens d'accessibilité

La Guinée-Bissau à nouveau au centre d’un sommet de la CEDEAO


Les putschistes refusent d'accepter le retour du président intérimaire Raimundo Pereira

Les putschistes refusent d'accepter le retour du président intérimaire Raimundo Pereira

Quelques jours après l'imposition de sanctions à la Guinée-Bissau et ses dirigeants militaires, les leaders de la CEDEAO devaient se réunir dans la capitale sénégalaise pour discuter de l'échec de négociations visant à restaurer l'ordre constitutionnel dans le pays.

La réunion de Dakar fait suite à une rupture des pourparlers sur le retour proposé du président intérimaire Raimundo Pereira, lequel avait été arrêté par les militaires lors du coup d’État du 12 avril.

Un porte-parole des militaires a annoncé mardi que la junte est d'accord avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest sur toutes les autres questions.

Le chef de l'armée bissau-guinéenne, le général Agusto Mario (16 avril 2012)

Le chef de l'armée bissau-guinéenne, le général Agusto Mario (16 avril 2012)

La CEDEAO a appelé au retour de M. Pereira, évacué sur Abidjan, pour qu’il reprenne le pouvoir et gère le rétablissement d’un régime civil à Bissau.

Sonny Ugoh, directeur des communications de la CEDEAO, a déclaré à la VOA que les leaders régionaux vont "réagir vigoureusement" à la situation en Guinée-Bissau afin que les sanctions montrent aux chefs militaires qu’ils ont intérêt à accepter un plan de transition de 12 mois.


Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG