Liens d'accessibilité

Biens mal acquis : Bangui maintient la pression sur le clan Bozizé en France


François Bozizé

François Bozizé

Après une première plainte en novembre 2014 qui a déclenché l'ouverture d'une enquête préliminaire, Bangui a déposé le 13 mars une nouvelle plainte avec constitution de partie civile.

La Centrafrique a récemment accentué son offensive judiciaire en France contre son ancien président François Bozizé, renversé en 2013, qu'elle accuse d'avoir détourné avec son entourage des fonds pour s'enrichir.

La nouvelle plainte vise à obtenir la désignation de juges instructeurs, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.

Les poursuites contre M. Bozizé et son entourage visent des faits présumés de recel de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, abus de confiance et recel de corruption d'agent public étranger.

"Le patrimoine de François Bozizé et de son entourage ne peut en effet sérieusement avoir été acquis au travers de leurs salaires officiels", selon la plainte de mars que l'AFP a pu consulter.

Les autorités centrafricaines jugent "fort probable" que le patrimoine de François Bozizé, chef de l'Etat de 2003 à 2013, et de plusieurs de ses proches ait "été financé par des moyens illicites".

Outre François Bozizé et sa famille, sont explicitement visés par la plainte d'anciens responsables gouvernementaux, comme l'ex-président de la Cour constitutionnelle, Marcel Malonga, ou encore Sylvain Ndoutingai, qui a été ministre de l'Energie et des Mines.

Plusieurs millions d'euros de commissions versées pour l'obtention de contrats d'exploitation minière sont au coeur des soupçons des autorités centrafricaines, qui, dans leur plainte, évoquent notamment le gisement d'uranium de Bakouma.

Après avoir acheté la société minière canadienne UraMin, le géant français du nucléaire Areva aurait versé des commissions pour exploiter ce gisement, une opération dans laquelle le député français Patrick Balkany serait intervenu.
"La multiplicité des infractions dénoncées, au-delà des faits reprochés au clan Bozizé, va conduire à des investigations multiples qui pour partie se croiseront, avec des investigations en cours, notamment concernant M. Balkany", a commenté l'avocat de la Centrafrique, Me William Bourdon.

Sollicité lors du dépôt de la première plainte de la Centrafrique en novembre, Patrick Balkany n'avait pas donné suite.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG