Liens d'accessibilité

Biden jeudi à Séoul, troisième et dernière étape de sa tournée en Asie


Le président chinois Xi Jinping (à dr.), serrant la main du vice-président américain Joe Biden

Le président chinois Xi Jinping (à dr.), serrant la main du vice-président américain Joe Biden

Le vice-président américain Joe Biden est attendu jeudi en Corée du Sud, où il doit conférer avec le président Park Geun-hye et visiter la zone démilitarisée entre les deux Corées, avant de rentrer aux Etats-Unis.

A Pékin mercredi, M. Biden a discuté de coopération régionale. Sa visite en Chine intervenait dans un contexte de tensions causées par la nouvelle zone aérienne instaurée par la Chine.

Le numéro deux américain a été reçu au Grand Palais du peuple, place Tiananmen, à Pékin, par le président Xi Jinping. Peu avant la rencontre, ce dernier a planté le décor pour les deux plus grandes économies du monde, qui ont besoin de coopérer pour faire face à des défis complexes.

« L’économie mondiale a traversé une période d’ajustement. La situation internationale et le contexte régional subissent actuellement des changements profonds et complexes. Avec de plus en plus de défis énormes comme le changement climatique, la sécurité énergétique. Le monde n’est pas tranquille », a déclaré M. Xi.

Selon lui, Pékin est prêt à travailler avec Washington, mais le leader chinois a assuré que chaque partie doit respecter l’autre en insistant sur les intérêts et les grandes préoccupations, une tournure polie pour parler des revendications territoriales de la Chine. Joe Biden a aussi rendu la politesse.

« La manière dont j’ai été élevé a toujours été de croire que le changement présente des opportunités », a-t-il à son interlocuteur chinois. « Opportunité pour la sécurité régionale, pour le changement climatique pour l’énergie et beaucoup de sujets variés pour lesquels le monde veut voir du changement dans les la prochaine décennie », a poursuivi le vice-président américain.

Même si M. Xi l’a qualifié de « vieil ami », M. Biden a été accueilli dans un climat de relative méfiance à Pékin. Dans un éditorial, le quotidien China Daily a déclaré: « Ce n'est pas la peine qu'il espère des progrès concrets s'il vient pour seulement répéter les précédentes remarques erronées et partiales de son gouvernement ».

Mardi à Tokyo, le vice-président américain avait insisté sur la solidité de l'alliance entre les Etats-Unis et le Japon, alors que les relations entre Tokyo et Pékin se sont dégradées ces derniers jours. Il avait vivement exprimé son inquiétude sur la nouvelle zone aérienne instaurée unilatéralement par Pékin et avait promis de discuter ouvertement du sujet avec le président chinois.

La « zone d'identification de la défense aérienne » déclarée le 23 novembre par Pékin recouvre une grande partie de la mer de Chine orientale et englobe les îles Senkaku ou Diaoyu, qui font l’objet d’un dispute entre le Japon et la Chine.
Le vice-président américain a également rencontré le Premier ministre chinois Li Keqiang avant de quitter Pékin jeudi à destination de Séoul, autre grand allié de Washington.
XS
SM
MD
LG