Liens d'accessibilité

Berlin va durcir les conditions du regroupement familial


Des migrants dans une rue de Berlin, 9 décembre 2015.

Des migrants dans une rue de Berlin, 9 décembre 2015.

L'Allemagne, qui veut limiter l'afflux de réfugiés, va durcir ses conditions du regroupement familial en suspendant notamment pendant deux ans la possibilité pour certains migrants de faire venir leur famille, a indiqué le vice-chancelier Sigmar Gabriel.

Les migrants qui bénéficieront de la "protection subsidiaire" n'auront ainsi plus le droit "pendant deux ans" de faire venir leur famille, a indiqué M. Gabriel, ministre de l'Economie et patron du Parti social-démocrate (SPD), qui s'exprimait après une réunion avec les chefs des deux autres formations de la coalition au pouvoir, la chancelière Angela Merkel (CDU) et le Bavarois Horst Seehofer (CSU).

La "protection subsidiaire" est un cran en dessous du statut de réfugiés qui permet d'obtenir une autorisation de séjour pour trois ans et de faire venir sa famille. Moins généreuse, elle est octroyée à certains déboutés du droit d'asile ou du statut de réfugiés qu'on ne peut toutefois pas expulser car ils risquent torture ou peine de mort dans leur pays. Renouvelable, elle limite le premier droit de séjour à un an.

Cette mesure concernera aussi une partie des Syriens, qui ont longtemps bénéficié d'un droit d'asile quasi-automatique. Mais depuis le 1er janvier, Berlin a réintroduit l'examen individuel des demandes, y compris pour les Syriens.

La restriction du regroupement familial était l'un des points âprement disputés de ce deuxième train de mesures, sur lesquels les partenaires de la coalition sont tombés d'accord jeudi soir : CDU et CSU voulaient le réduire drastiquement, ce que refusait le SPD.

L'idée, qui vise à rendre les conditions d'asile allemandes moins accueillantes, avait déjà été avancée en novembre par le ministre de l'Intérieur, le conservateur Thomas de Maizière, qui voulait y inclure les Syriens.

"Personne ne sait combien de personnes en Syrie ou dans les Etats frontaliers attendent que leurs demandes de regroupement familial soient approuvées", avait-il dit devant les députés du Bundestag (chambre basse).

Outre le placement de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie sur la liste des pays d'origine "sûrs" -- ce qui limitera de façon drastique les cas dans lesquels les ressortissants de ce pays pourront obtenir l'asile --, les partis de la coalition gouvernementale ont également décidé de faciliter l'apprentissage pour les jeunes demandeurs d'asile et de donner la priorité pour le regroupement familial aux futurs réfugiés "venant de Turquie, du Liban ou de Jordanie", a encore indiqué M. Gabriel, selon lequel il s'agit d'un "bon compromis".

"Je crois qu'aujourd'hui était un bon jour, puisque nous avons mis en route" ces mesures, a déclaré Mme Merkel après une réunion avec les patrons des Länder, les Etats régionaux allemands.

"Je me sens conforté par cette journée", a ajouté la chancelière, qui avait été très critiquée ces derniers mois, jusque dans son camp conservateur, pour sa politique migratoire.

Egalement salué par la CSU et son président Horst Seehofer, qui n'avait pourtant pas été avare de critiques envers la chancelière, ce compromis a été vivement critiqué par une importante association d'aide aux réfugiés allemande, Pro Asyl, qui l'a qualifiée de "décision tout à fait amère".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG