Liens d'accessibilité

Benfica-Dortmund : l'expérience de Luisao face à la fougue d'Aubameyang


L'attaquant du Borussia Dortmund Pierre-Emerick Aubameyang, à la fin d'un match de football, à Cologne, en Allemagne, le samedi 10 décembre 2016

Tout ou presque sépare l'expérimenté défenseur du Benfica Lisbonne Luisao et le véloce attaquant du Borussia Dortmund Pierre-Emerick Aubameyang, qui s'affronteront en 8e de finale aller de Ligue des champions mardi (19h45) au stade de la Luz.

Le duel entre le vétéran brésilien et la flèche gabonaise, leader de l'attaque la plus prolifique de C1 cette saison avec un nouveau record de 21 buts en phase de poules, s'annonce crucial.

Luisao, qui soufflait lundi ses 36 bougies, a déjà pu affronter des attaquants de renom au cours des 55 matches qu'il a disputés dans la reine des compétitions européennes au cours de sa carrière.

Surnommé la Girafe (1,92 m), le recordman des capitanats avec le Benfica Lisbonne après 14 ans au club, a eu au marquage des cadors comme Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou David Villa.

C'est souvent par sa capacité d'anticipation et sa souveraineté dans les airs que l'ancien international brésilien (47 capes), vainqueur de la Copa America en 2004, parvient à tenir en respect les attaquants les plus redoutables.

Et, quand il faut, la roublardise compense la perte de vivacité du patron de la défense lisboète, qui jouera mardi sa 500e rencontre sous les couleurs de Benfica.

Du haut de ses 27 ans, Aubameyang présente le profil le plus problématique à gérer pour le vieux briscard. Élancé et véloce (1,85 m, 74 kg), le Ballon d'Or africain 2015 s'est même un jour comparé au sprinter jamaïcain Usain Bolt.

Un espace, une passe en profondeur bien dosée et les sprints du Gabonais font des ravages, même s'il reste sur une décevante élimination dès le premier tour de Coupe d'Afrique des Nations, organisée par son pays le mois dernier.

Luisao aura donc fort à faire pour stopper l'attaque supersonique de Dortmund, et devra compter sur le soutien du prometteur Victor Lindelöf, Suédois de 22 ans déjà courtisé par Manchester United ou le FC Barcelone. Cette charnière centrale devrait être épaulée par deux latéraux portugais: le jeune international de 23 ans Nelson Semedo et Eliseu, vétéran de 33 ans sacré champion d'Europe 2016.

Après avoir terminé en tête du groupe F devant le Real Madrid, tenant du titre, le vice-champion d'Allemagne se déplace dans le costume du favori à Lisbonne face au triple vainqueur du championnat du Portugal en titre.

Outre "Aubam", la ligne offensive allemande comprend également la promesse française de 19 ans Ousmane Dembélé, copie conforme de son aîné africain quand il s'agit de donner le tournis aux défenses à coup d'accélérations dévastatrices.

De son côté, le leader du championnat portugais s'est difficilement extirpé du groupe B en finissant derrière les Italiens de Naples avec 8 points, le plus petit total pour un club qualifié en phase à élimination directe cette saison.

Amoindri à l'automne par une série de blessures, puis par le transfert de l'espoir portugais Gonçalo Guedes vers le Paris Saint-Germain, le club entraîné par Rui Vitoria a toutefois récupéré sa fine gâchette Jonas, Brésilien de 32 ans qui a fini meilleur buteur du dernier championnat lusitanien.

Surtout, le Borussia de Thomas Tuchel, actuellement 4e de Bundesliga, a perdu ce week-end face à la lanterne rouge Darmstadt (2-1), sa première défaite depuis fin novembre, toutes compétitions confondues.

En accueillant dans son antre le finaliste de la Ligue des champions 2013, Benfica a tout de même une carte à jouer. Les Lisboètes, stoppés en quarts de finale de C1 par le Bayern Munich l'an dernier, restent sur une série de quatre matches sans défaite à domicile face à des adversaires allemands.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG