Liens d'accessibilité

JO 2016 : Team USA, favorite du tournoi de basket


Dix points d'écart contre l'Australie, trois contre la Serbie et la France, les jeux Olympiques ne sont pas la promenade attendue pour les basketteurs américains, qui doivent se rendre à l'évidence : l'or ne va pas leur tomber tout mâché dans le bec.

Leurs trois derniers matches ont même donné aux Argentins, leurs adversaires en quart de finale, l'espoir de faire bonne figure mercredi dans la Carioca Arena, même si les vétérans argentins ont paru s'essouffler après un bon début de tournoi.

Mercredi dernier, les Australiens avaient mené dans le troisième quart-temps avant de craquer sur la fin (98-88). Vendredi, les Serbes, battus 94-91, ont eu le panier de l'égalisation à la sirène, dans les mains de leur meilleur shooteur, Bodgan Bogdanovic. Menés de 18 points après huit minutes, les coéquipiers de Milos Teodosic ont gagné les 32 dernières minutes de 15 points ! Dimanche, les Français, jamais décrochés, sont venus mourir à trois points également (100-97), alors que la star Tony Parker ne jouait pas.

"Il y a du talent aux quatre coins du monde et ils en profitent pour le montrer. La question pour nous est de trouver le moyen de gagner. Ce n'est pas un tournoi que nous allons dominer tranquillement", a déclaré Paul George, l'ailier des Indiana Pacers.

A Rio, le basket américain est privé de ses deux plus grands cracks, Steph Curry et LeBron James, qui ont fait l'impasse comme quelques autres têtes d'affiche (James Harden, Chris Paul...). Mais la version 2016 de la "Team USA" a quand même fière allure avec pas moins de neuf joueurs présents au dernier "All Star Game", dont les superstars Kevin Durant et Carmelo Anthony.

L'équipe paraît au moins aussi forte sur le papier que celle qui avait survolé la Coupe du monde 2014 en Espagne (avec DeMarcus Cousins, DeMar DeRozan, Kyrie Irving et Klay Thompson, de nouveau en piste aux JO).

- Seulement un mois ensemble -

Les Américains se sont peut-être laissés endormir par leurs deux premiers matches face aux faibles Chinois et Vénézuéliens, remportés avec un écart cumulé de 101 points. Jusqu'à oublier l'avertissement de Carmelo Anthony, l'un des deux seuls avec Durant à avoir déjà connu les Jeux (il en est à ses quatrièmes): "Ce n'est pas parce que nous avons les meilleurs joueurs du monde que ce sera facile".

N'ayant qu'un mois de vie en commun, les Américains manquent inévitablement d'expérience collective. Et cela se voit en match. Les stars endossent tour à tour l'habit du sauveur, Anthony contre l'Australie (31 points), Klay Thompson contre la France (30 points), mais l'équipe de Mike Krzyzewski ne montre pas un jeu collectif aussi huilé que leurs rivaux qui jouent ensemble tous les étés, depuis dix ou quinze ans pour les plus anciens des Français.

Le problème est flagrant des deux côtés du terrain. En attaque, comme le reconnaît Paul George - "Nous devons créer du mouvement. Nous comptons trop sur les talents individuels et c'est trop facile de défendre sur nous" - et encore plus en défense. "Quand on est patient, quand on les étire, ils font des erreurs qui permettent de marquer", souligne l'entraîneur français Vincent Collet.

Échaudés par leur première semaine, les milliardaires de la NBA se concentrent donc sur l'universel objectif du sportif, la gagne, et s'apprêtent pour l'atteindre à employer un moyen tout aussi basique, la bagarre.

Avec AFP.

XS
SM
MD
LG