Liens d'accessibilité

Le président Obama promet de "traquer les terroristes" où qu'ils se trouvent


Le président américain a qualifié de "voyous" et de "tueurs" les membres du groupe Etat islamique, lors d'une allocution solennelle à la Maison Blanche.

Le président américain Barack Obama s'est engagé dimanche à traquer les terroristes partout où ils se trouvent, qualifiant de "voyous" et de "tueurs" les membres du groupe Etat islamique, lors d'une allocution solennelle à la Maison Blanche.

Quatre jours après une fusillade meurtrière perpétrée par un couple musulman radicalisé qui a fait 14 morts en Californie, M. Obama a tenté de rassurer la population tout en affichant sa fermeté.

"Il n'y a pour l'instant aucune indication que les tueurs aient été dirigés par un groupe terroriste depuis l'étranger", a assuré le locataire de la Maison Blanche.

"Mais il est clair que ces deux personnes avaient suivi la voie délétère de la radicalisation", a-t-il ajouté.

Il a appelé notamment les groupes de technologie à rejoindre la lutte contre l'EI, à la propagande très active sur les réseaux sociaux.

"Nous allons détruire le groupe Etat islamique et toute autre organisation qui chercherait à nous nuire", a assuré M. Obama, qui a appelé les musulmans à lutter contre "les idéologies extrémistes".

Les Etats-Unis ne se laisseront pas entraîner dans une guerre terrestre en Irak et en Syrie, a-t-il aussi dit. Une coalition dirigée par les Américains mène une campagne de frappes aérienens contre l'EI en Syrie et en Irak depuis plus d'un an.

Le président américain a enfin appelé le Congrès à légiférer pour renforcer le contrôle des armes individuelles, les tueurs de San Bernardino ayant facilement et légalement pu se constituer un véritable petit arsenal.

Il s'est exprimé après s'être vu reprocher de ne pas avoir pris les mesures qui auraient permis d'éviter le bain de sang commis par Syed Farook et Tashfeen Malik.

Ce couple de musulmans, disposant de fusils d'assaut, de milliers de munitions et d'engins explosifs, ont arrosé de balles un déjeuner de Noël rassemblant des collègues de Farook, faisant 35 victimes dont 14 morts. Ils ont ensuite été abattus par la police.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG