Liens d'accessibilité

Barack Obama officiellement porte-étendard des Démocrates


Le président Obama et l'ancien président Bill Clinton

Le président Obama et l'ancien président Bill Clinton

Les délégués démocrates réunis à Charlotte, en Caroline du Nord, ont officiellement désigné, mercredi soir, le président Barack Obama candidat à un autre mandat à la tête du pays. Chargé de soumettre le nom de M. Obama à la Convention à cette fin, l’ancien président Bill Clinton a été chaleureusement applaudi durant son discours. A plusieurs reprises, les délégués se sont levés pour l’ovationner.

Avec beaucoup d’éloquence, l’ancien président Clinton a défendu le bilan du premier mandat de Barack Obama tout en rejetant les critiques du camp républicain. Il a rappelé aux délégués que dès le début de la présidence d’Obama, les Républicains s’étaient donné pour principale priorité de le faire échouer. « Leur priorité n’était pas de remettre les Américains au travail, c’était de priver le président d’emploi », a lancé Bill Clinton.


L’ancien président a appelé les Démocrates à se mobiliser autour du président Obama pour ce qui sera, à n’en point douter, une élection très serrée. « Si vous souhaitez un pays ou le gagnant rafle tout, où c’est chacun pour soi, vous devez voter pour le ticket républicain. Mais si vous souhaitez un pays où l'on partage les opportunités et les responsabilités, une société où on est tous ensemble, vous devez voter pour Barack Obama et Joe Biden », a-t-il déclaré à une foule enthousiastes de délégués.


Bill Clinton à Charlotte

Bill Clinton à Charlotte

A l’issue de son discours, l’ancien président des Etats-Unis a été rejoint sur le podium par le président Barack Obama, dont le discours de clôture, jeudi soir, constituera le point culminant de la Convention 2012 du Parti démocrate.
Il était prévu que M. Obama prononce cette allocution dans un stade de football de Charlotte, mais les organisateurs, évoquant une météo capricieuse, ont décidé que tout ce passera dans le centre où se tient la Convention.

Saisissant la balle au bond, les Républicains ont dit que le président Obama s’est ravisé à la dernière minute, craignant, disent-ils, de n’avoir pas assez de partisans pour remplir le stade.

Les analystes s’attendent à ce qu’il axe son discours sur l’économie, probablement sujet-clé de cette présidentielle. Barack Obama devra trouver le moyen de défendre son bilan qui est, au mieux, mitigé, explique le spécialiste des sondages John Zogby.
La campagne électorale reprendra de plus belle, avec comme prochaine échéance, le 3 octobre, le premier des trois débats entre les candidats à la présidentielle du 6 novembre.
XS
SM
MD
LG