Liens d'accessibilité

Bangui engage des poursuites contre les militaires français soupçonnés de viols


Des soldats français de l'opération Sangaris parlent avec un habitant de Bangui, en Centrafrique.

Des soldats français de l'opération Sangaris parlent avec un habitant de Bangui, en Centrafrique.

C'est la toute première réaction du gouvernement centrafricain depuis que l’affaire a éclaté. Le ministre de la Justice, Aristide Sokambi, a annoncé mercredi des poursuites contre les militaires français.

Le ministre centrafricain de la justice a qualifié d’"actes très graves" les viols dont les soldats français et ceux d’autres pays africains sont accusés.

M. Sokambi a affirmé qu’il a instruit le procureur de la République pour ouvrir une enquête, puis essayer de prendre les éléments qui sont déjà à la disposition de la justice française. Mais il a regretté que son pays ne soit pas associé aux investigations en cours en France.

Il a cependant insisté sur le fait qu’il ne fallait pas impliquer l’opération "Sangaris" ni la France à ces actes individuels commis par des militaires.

"C'est contre ceux-là que nous nous insurgeons", a-t-il souligné.

Quatorze soldats français sont mis en cause dans cette affaire.

XS
SM
MD
LG