Liens d'accessibilité

Avertissements de Kobler aux rebelles congolais, mais aussi à l’administration Kabila


Martin Kobler (Reuters)

Martin Kobler (Reuters)

Le représentant de Ban Ki-mooon en RDC a également fustigé l’expulsion du chef du Bureau conjoint de l’ONU pour les droits de l'homme, Scott Campbell, par le gouvernement de la RDC.

Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC), Martin Kobler, a averti les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) qu'en cas d'échec du processus de désarmement d'ici le 2 janvier 2015, « une action militaire » contre les éléments réfractaires de ce mouvement serait « inévitable ».

Il a lancé cet avertissement à l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée lundi à la situation en RDC.

"Les FDLR ont deux mois et six jours pour déposer les armes, et ce, de manière inconditionnelle. Le 2 janvier, il n'y aura plus d'excuse pour expliquer des retards supplémentaires", a dit M. Kobler dans un communiqué

Par ailleurs, M. Kobler a exhorté l’administration Kabila à accélérer la mise en œuvre du programme de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) afin de réintégrer les ex-combattants du Mouvement du 23 mars (M23).

Il a lancé une mise en garde contre les agissements des Forces démocratiques alliées (ADF), un autre groupe armé qui a récemment massacré des civils dans le Nord-Kivu, dans l'Est de la RDC.

Finalement, le représentant de Ban Ki-mooon en RDC a fustigé l’expulsion du chef du Bureau conjoint de l’ONU pour les droits de l'homme, Scott Campbell, par le gouvernement de la RDC. Il est temps pour l’administration Kabila de "faire cesser les intimidations et menaces contre le personnel de la MONUSCO", a souligné M. Kobler.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG