Liens d'accessibilité

L'Autriche veut diviser par plus de deux le nombre de demandeurs d'asile en 2016


Un groupe de migrants se déplace dans la neige vers la gare pour être transféré en Autriche, près de la frontière avec la Croatie, à Dobova, Slovénie, Dimanche 3 janvier 2016 (AP Photo/Darko Bandic)

Un groupe de migrants se déplace dans la neige vers la gare pour être transféré en Autriche, près de la frontière avec la Croatie, à Dobova, Slovénie, Dimanche 3 janvier 2016 (AP Photo/Darko Bandic)

Le gouvernement autrichien a annoncé sa volonté de limiter à 37.500 le nombre de demandeurs d'asile acceptés dans le pays en 2016, plus de deux fois moins que les 90.000 de l'année dernière.

"Nous ne pouvons accueillir en Autriche tous les demandeurs d'asile », a déclaré le chancelier social-démocrate Werner Faymann en présentant cette « valeur indicative" sur laquelle s'est accordé le gouvernement de coalition au pouvoir à Vienne et qui sera dégressive jusqu'en 2019.

Durant les quatre années à venir, entre 2016 et 2019, l'Autriche souhaite au total limiter à 1,5% de sa population totale de 8,5 millions d'habitants le nombre de demandeurs d'asile supplémentaires dans le pays, a détaillé le chancelier à l'issue d'une conférence nationale sur l'immigration qui s'est déroulée à Vienne dans la matinée.

Ce pourcentage représente 127.500 personnes, soit, selon le calendrier présenté par le gouvernement, 37.500 demandeurs d'asile en 2016, 35.000 en 2017, 30.000 en 2018 et 25.000 en 2019.

Pour parvenir à ces objectifs, la coalition entre sociaux-démocrates (SPÖ) et conservateurs (ÖVP) mise sur un contrôle plus strict aux frontières du pays et une politique de prestations sociales moins généreuse, ont indiqué le chancelier et le vice-chancelier durant une conférence de presse.

Il s'agit également par cet objectif chiffré "d'exercer une pression" sur l'Union européenne afin d'obtenir une accélération des mesures prises au niveau européen pour tenter de réduire le nombre des arrivées de migrants en provenance du Moyen-Orient notamment, via la Turquie et la Grèce, a ajouté le vice-chancelier Reinhold Mitterlehner (ÖVP).

La coalition au pouvoir à Vienne a durci le ton ces derniers jours en matière de politique migratoire, un changement particulièrement notable chez les responsables SPÖ. Ce durcissement s'accompagne sur le terrain de nouvelles mesures pour restreindre l'entrée de migrants.

Mercredi, 500 soldats supplémentaires ont commencé à être déployés au principal point de passage avec la Slovénie pour effectuer un contrôle systématique des migrants.

Le gouvernement autrichien souhaite aussi, dans les prochains jours, ne plus laisser entrer sur son territoire les migrants cherchant à gagner la Scandinavie, et les refouler à la frontière, comme le fait déjà l'Allemagne.

L'Autriche a vu le nombre des demandes d'asile tripler en 2015 pour atteindre 90.000. Quelque 36.000 d'entre elles ont déjà fait l'objet d'un examen en première instance dont 14.000 ont reçu une réponse favorable.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG