Liens d'accessibilité

Guinée : la campagne électorale suspendue après les violences du week-end


Les Guinéens dans l'attente du second tour

Les Guinéens dans l'attente du second tour

Les violences de samedi et dimanche entre militants rivaux ont causé la mort d’une personne et on compte une cinquantaine de blesses. La police a eu recours au gaz lacrymogène pour disperser les protagonistes qui jetaient des pierres et s’attaquaient aux automobilistes.

Les manifestations ont été interdites en Guinée et la campagne électorale est suspendue. Ces mesures font suite aux affrontements entre les partisans de Cellou Dalein Diallo et d’Alpha Condé, les deux candidats à la présidentielle, dont le second tour est prévu pour dimanche prochain.

Jean Marie Dore, le Premier Ministre, a rencontré les deux hommes séparément, lundi. Aucune décision n’a été annoncée à l’issue de la rencontre, mais M. Doré a appelé au calme.

Les violences de samedi et dimanche entre militants rivaux ont causé la mort d’une personne et on compte une cinquantaine de blesses. La police a eu recours au gaz lacrymogène pour disperser les protagonistes qui jetaient des pierres et s’attaquaient aux automobilistes.

L’élément déclencheur de ces incidents est la condamnation de deux responsables de haut rang de la Commission électorale à un an de prison pour fraude durant le premier tour de l’élection.

L’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo a remporté 44% des voix au premier tour et l’opposant Alpha Condé, 18%. Il s’agit de la première élection multipartite du pays depuis l’indépendance en 1958.

La situation est grave, dit le professeur Alpha Amadou banno barry, vice-recteur de l’université Sofonia de Conakry, qui a appelé la communauté internationale « à prendre ses responsabilités. »

XS
SM
MD
LG