Liens d'accessibilité

Au Nigeria, Boko Haram ''fait ce qu’il veut''


L'homme qui prétend être leader du groupe extrémiste islamiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, dans un lieu inconnu, le 25 sept. 2013.

L'homme qui prétend être leader du groupe extrémiste islamiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, dans un lieu inconnu, le 25 sept. 2013.

Un responsable de l'ONU affirme que les islamistes de Boko Haram font désormais "ce qu'ils veulent" dans leur pays.

Les islamistes armés nigérians de Boko Haram, qui multiplient attentats et enlèvements au Nigeria, font désormais "ce qu'ils veulent" dans leur pays, a dénoncé mercredi le représentant spécial de l'ONU pour l'Afrique centrale Abou Moussa.

Ce dernier dont les propos sont rapportés par l’AFP, soutient qu’"ils n'ont plus peur, ils n'ont plus honte. Ils font ce qu'ils veulent." M. Moussa qui est à la fin de son mandat à la tête du Bureau des Nations unies pour l'Afrique centrale (Unoca), faisait référence au sanglant attentat perpétré à Jos (centre) et l'enlèvement de plus de 200 lycéennes par Boko Haram.

Selon l’AFP, près de 150 personnes ont péri en deux jours au Nigeria, dans des attaques de villages dans le Nord-Est et un attentat à Jos (centre), déstabilisant un peu plus le gouvernement malgré la mobilisation internationale contre Boko Haram.

Des témoins à Alagarno rapportent que des hommes armés ont pris d'assaut leur village dans la nuit de mardi et ont tué au moins 17 personnes. Ils disent que les agresseurs ont également volé de la nourriture et mis le feu à des maisons.

Les résidents de la localité de Shawa disent que des hommes armés ont tué au moins 10 personnes au cours d'une attaque lundi.

Les nouvelles de ces attaques ont été faites mercredi, au lendemain des deux attentats à la bombe dans la ville de Jos (centre) qui ont tué au moins 118 personnes. Les deux explosions, à quelques minutes d'intervalle, sont survenues dans une zone commerciale animée.
XS
SM
MD
LG