Liens d'accessibilité

Au moins 30 militaires nigériens et deux soldats nigérians tués par Boko Haram


Un soldat nigérien couvre son visage tout en prenant une photo d'une fosse commune dans la ville de Damasak, au Nigeria, 20 mars 2015. REUTERS / Emmanuel Braun - RTR4U97T

Un soldat nigérien couvre son visage tout en prenant une photo d'une fosse commune dans la ville de Damasak, au Nigeria, 20 mars 2015. REUTERS / Emmanuel Braun - RTR4U97T

Des combattants du groupe djihadiste Boko Haram ont tué au moins 30 militaires nigériens et deux soldats nigérians à Bosso, une localité du Niger proche de la frontière avec le Nigeria, a annoncé samedi le ministère nigérien de la Défense.

Le ministère donne un bilan de "trente militaires nigériens et deux militaires nigérians tués. 67 militaires nigériens et nigérians blessés".

Du coté de Boko Haram, "plusieurs morts et blessés ont été emportés", poursuit le texte sans fournir de chiffres sur les pertes adverses.

"La contre-attaque menée tôt ce matin par nos forces de défense et de sécurité a permis de reprendre toutes les positions dans la ville de Bosso. La situation est sous contrôle et le calme est revenu dans cette localité", ajoute le communiqué.

Le ministère nigérien a également annoncé "un ratissage en cours" mobilisant "tous les moyens terrestres et aériens".

Depuis février 2015, le Niger est en proie à d'incessants assauts de Boko Haram dans la région du Lac Tchad, dans le sud-est du pays, proche des bastions des insurgés islamistes dans le nord-est du Nigeria.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG