Liens d'accessibilité

Au moins 200 migrants franchissent la haute barrière de Ceuta en Espagne


Dans le port de Tarifa le 11 août 2014 après avoir été secouru par la marine espagnole.

Dans le port de Tarifa le 11 août 2014 après avoir été secouru par la marine espagnole.

Entre 200 et 300 migrants originaires d'Afrique subsaharienne sont parvenus à franchir lundi à l'aube la barrière séparant le Maroc de l'enclave espagnole de Ceuta, selon la Garde civile.

Les migrants ont réussi à escalader, dans une zone de collines, la double barrière de six mètres de hauteur marquant l'une des deux seules frontières terrestres de l'Union européenne avec l'Afrique, lundi aux alentours de sept heures du matin, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la garde civile.

"Vingt-neuf personnes ont été hospitalisées pour des coupures et blessures", a précisé à l'AFP un porte-parole de la Croix-Rouge, évoquant l'arrivée de "plus de 250 personnes" au total.

Sans-papiers pour la plupart, ces migrants ont été transférés dans un centre de séjour temporaire pour étrangers (Ceti), où les autorités examineront leur cas notamment pour savoir s'ils sont demandeurs d'asile.

Les enclaves espagnoles au Maroc de Ceuta et Melilla sont les deux seules frontières terrestres séparant l'Union européenne de l'Afrique.

Des groupes de migrants souhaitant gagner l'Europe tentent régulièrement de passer par-dessus les hautes barrières entourant ces deux villes, s'armant de crochets et de chaussures cloutées lors de ces dangereux "assauts".

L'Espagne a été critiquée par les organisations de droits de l'Homme pour l'insuffisante mise en oeuvre de mesures permettant de garantir l'exercice de ce droit, allant jusqu'à "refouler" les migrants à cheval sur la barrière, sans leur laisser formuler de demande d'asile.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG