Liens d'accessibilité

Au moins 20 morts en un mois après de fortes pluies dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire


Des réfugiés ivoiriens traversent la rivière Cestos dans la ville frontalière libérienne de Butuo, 19 novembre 2004.

Des réfugiés ivoiriens traversent la rivière Cestos dans la ville frontalière libérienne de Butuo, 19 novembre 2004.

Les pluies diluviennes qui s'abattent depuis début septembre sur l'ouest de la Côte d'Ivoire ont tué au moins 20 personnes dans cette région proche de la frontière libérienne, ont annoncé des témoins et une source médicale.

"Une dizaine de villages de la région de Danané (510 km au nord ouest d'Abidjan)ont été inondés par la crue du fleuve Cavally, causant d'importants dégâts matériels" a affirmé à l'AFP , Alain Dro, un infirmier en poste dans la localité.

"Au moins une vingtaine de personnes sont mortes depuis le déclenchement des ces intempéries, il y a un mois, a-t-il souligné.

Les victimes, la plupart des paysans, ont succombé après la destruction de leurs habitations ou ont été surprises dans leurs champs.

La crue du Cavally et de ses affluents a été provoquée par ces pluies torrentielles qui ont par la suite entraîné l'engorgement de vastes plantations de cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial.

"Les plantations de riz, aliment de base de cette région n'ont pas épargnées" a déploré Hervé Minto, professeur de français à Danané, évoquant des "risques de pénuries alimentaires". "Ici nous vivons un drame humanitaire" s'est alarmé M. Minto, faisant état de "conséquences du changement climatique" dans cette région de forêts. "On n'a jamais connu pareille catastrophe depuis des décennies".

De son côté, Soir Info, le quotidien privé et indépendant ivoirien, avait fait état mardi de 20 morts à Danané.

L'ouest ivoirien, caractérisé par son relief accidenté, également appelé "région des montagnes", est une zone touristique.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG