Liens d'accessibilité

Au moins 19 morts dans le crash d'un hélicoptère russe en Sibérie


Un hélicoptère russe de secours survole un feu de forêt près de la ville sibérienne de Tchita, à environ 4700 km (3000 miles) à l'est de Moscou, 2 mai 2003.

Un hélicoptère russe de secours survole un feu de forêt près de la ville sibérienne de Tchita, à environ 4700 km (3000 miles) à l'est de Moscou, 2 mai 2003.

Un hélicoptère s'est écrasé dans le nord-ouest de la Sibérie la nuit de vendredi à samedi tuant au moins 19 personnes. L’appareil volait dans de mauvaises conditions météorologiques, selon les enquêteurs chargés de l'affaire.

L’hélicoptère Mi-8 transportait 22 personnes à l'extérieur de la ville de Novy Urengoy. "Dix-neuf personnes sont décédées de blessures multiples sur place, selon de premières informations", indique un communiqué du Comité d'enquête de la Fédération de Russie.

L'hélicoptère se rendait de la région sibérienne de Krasnoyarsk à la ville d'Urengoy, dans la région de Yamalo-Nenetsky, lorsqu'il s'est écrasé vendredi entre 14H00 et 15H00 GMT, selon les enquêteurs.

La branche régionale du ministère des Situations d'urgence a indiqué avoir été informée d'un atterrissage violent d'un hélicoptère vendredi, à quelque 80 km de Novy Urengoy, sans faire état de victimes dans un premier temps.

Des sauveteurs ont été déployés sur place et ont réussi à sortir trois survivants de l'épave, qui ont été hospitalisés à Novy Urengoy, selon le ministère.

Vladimir Poutine a présenté ses condoléances aux familles des victimes et le gouverneur de la région a décrété un jour de deuil samedi avec l'annulation des événements festifs et la mise en berne des drapeaux.

L'autorité de l'aviation civile russe a estimé qu'a priori, "l'accident pourrait être lié à des conditions météorologiques défavorables".

Un Comité d'enquête a laissé toutes les options ouvertes affirmant que l'accident pouvait avoir été causé par une violation des règles de sécurité en vol, un problème mécanique ou des conditions météo difficiles.

Une enquête criminelle a été ouverte pour déterminer s'il y a eu violation des règles de sécurité, selon la même source.

Le ministère a précisé que le brouillard a entravé les recherches du site du crash, ainsi que les opérations de secours.

L'année dernière, un crash d'hélicoptère similaire avait fait 15 morts près de la ville sibérienne d'Igarka.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG