Liens d'accessibilité

Au moins 12 morts et 26.000 sinistrés à cause des intempéries au Burkina


Les femmes transporte des bidons d’eau sur des vélos dans le village de Bagare, dans la province de Passore, Burkina Faso, 30 mars 2016.

Les femmes transporte des bidons d’eau sur des vélos dans le village de Bagare, dans la province de Passore, Burkina Faso, 30 mars 2016.

Les victimes sont mortes par noyade ou dans l'effondrement de leurs habitats souvent très précaires dans ce pays sahélien où 40% des 19 millions d'habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté, indique le secrétaire permanent du Conseil national de secours d'urgence et de réhabilitation, Yipenè Florent Bakouan.

Selon lui, au moins douze personnes sont mortes et plus de 26.000 ont été déclarées sinistrées au Burkina Faso, à cause de vents violents et d'inondations provoqués par des pluies diluviennes depuis juin.

Depuis "juin nous avons commencé à enregistrer des situations de catastrophes notamment des inondations, des vents violents qui ont occasionné au moins douze morts, 35 blessés graves et plus de 26.000 sinistrés", a déclaré M. Bakouan.

A Ouagadougou, la capitale, "deux personnes ont été emportées par les eaux", tandis que quatre autres sont mortes emportées par les eaux ou à cause de l'effondrement de leurs maisons, à Namissiguima dans le nord, a-t-il précisé.

Dans les banlieues et bidonvilles de Ouagadougou, 9.942 personnes ont été déclarées sinistrées et deux milliers d'entre elles ont été relogées dans des écoles, a-t-il indiqué.

"Nous avons aussi dénombré 2.577 maisons endommagées, près de 100 tonnes de céréales ont été perdues, 237 greniers ont été détruits, plus de 123 ovins, caprins ont été tués et plus de 630 volailles sont également mortes", a ajouté M. Bakouan.

"Nous redoutons que la situation des intempéries empire parce que la météo nous dit que cette année, nous aurons une situation pluviométrique à tendance excédentaire à anormale dans la plupart des régions", a-t-il indiqué.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG