Liens d'accessibilité

Mali : Ganda Koï rejette toute implication dans des exactions


D'après Human-Rights Watch, des cadavres de présumés islamistes ont été jetés dans ce puits, à Sévaré. (28 jan. 2013)

D'après Human-Rights Watch, des cadavres de présumés islamistes ont été jetés dans ce puits, à Sévaré. (28 jan. 2013)

"Notre seule mission est de défendre nos populations," a dit Harouna Touré, leader de ce groupe dit d'auto-défense.

Harouna Touré est un avocat de profession. Il est aussi le président du Mouvement patriotique Ganda Koï et des Forces patriotiques de résistance (FPR). Dans un entretien accordé à notre envoyé spécial au Mali, Idriss Fall, Me Touré a catégoriquement rejeté les allégations selon lesquelles son groupe serait impliqué dans des atrocités et abus de droits humains dans le centre du Mali, notamment aux environs de Sévaré.

« Nous, les combattants de la liberté, pouvons assurer que nous ne sommes pas mêlés à quoi que ce soit concernant ces exactions. Nos combattants sont dans des camps, ils sont identifiés et ne peuvent sortir que dans des conditions bien déterminées. Ils ne peuvent commettre aucun délit, aucun crime à l’insu de qui que ce soit. Donc ils ne sont pas concernés par ce qui a été dit. »

Concernant des cas de règlement de compte sur les Touareg qui ont été signalés au niveau international, Harouna Touré répond : « Y a-t-il un Touareg à Sévaré ou à Mopti? Je ne crois pas. Demandez aux responsables administratifs et politiques de ces régions, […] c’est complètement faux. Ensuite, je peux vous assurer que ceux qui ont pu éventuellement subir des exactions, parmi ceux-ci il n’y a aucun Touareg. »

Harouna Touré

Harouna Touré


Le leader de Ganda Koï a ajouté : « Qu’on nous apporte la preuve contraire et qu’on nous dise qui est l’auteur de ces exactions, qui est l’auteur de ces crimes. Que ces auteurs-là soient poursuivis par la justice malienne ! »

Quel est le rôle de cette milice dans le conflit malien ?

« Le mot milice ne nous convient pas. Nous sommes des combattants de la liberté contre toutes les formes de discrimination raciale ; nous sommes des combattants pour l’indépendance et l’intégrité territoriale de notre pays-- pas une milice au service de quelqu'un, d’un dictateur ou d’une communauté. Ce sont des hommes, des jeunes, venus [de partout] au Mali. Notre mission est une mission d’auto-défense. Nos populations étaient agressées, violées, assassinées. C’est notre devoir en tant que fils de ces populations de nous organiser afin de leur apporter la sécurité. C’est ça notre vocation ; c’est de défendre. Ce n’est pas de tuer… Et c’est légitime que nous assumions la défense de nos populations, en même temps, bien-entendu, que notre armée malienne, » soutient Harouna Touré.

Rappelons que des cadavres non identifiés ont été découverts dans un village près de Sévaré, au centre du Mali. A Sévaré se trouvent des camps de l’armée malienne.

XS
SM
MD
LG