Liens d'accessibilité

Au Kenya, la campagne à l'élection présidentielle s'intensifie


Une première au Kenya: un débat télévisé entre les candidats à la présidentielle de mars

Une première au Kenya: un débat télévisé entre les candidats à la présidentielle de mars

A moins de trois semaines de la présidentielle au Kenya, le camp du Premier ministre Raila Odinga accentue ses critiques contre son principal adversaire, le vice-Premier ministre Uhuru Kenyatta.

Les sondages indiquent qu’aucun des huit candidats en lice n’est en mesure de remporter plus de la moitié des suffrages au premier tour ; ce qui signifie qu’un second tour sera nécessaire. Néanmoins, les stratèges de Raila Odinga sont persuadés qu’une victoire dès le premier tour est tout à fait possible.

La campagne électorale du Premier ministre kenyan a déployé huit équipes et des milliers de volontaires sur le terrain. Lors des rassemblements électoraux organisés la semaine dernière dans la province de Coast, les membres de la Coalition pour les réformes et de la démocratie de Raila Odinga n’ont cessé de rappeler qu’Uhuru Kenyatta est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI).

M. Kenyatta et son colistier, William Rufo, ont été tous les deux inculpés par la CPI en rapport avec les violences liées à la présidentielle contestée de 2007. Lors du premier débat télévisé entre les candidats, M. Kenyatta a catégoriquement nié les accusations de la CPI, ajoutant que ce procès n’affectera en rien sa capacité de diriger le pays.

S’exprimant à Malindi, Kalonzo Musyoka, le colistier du Premier ministre Odinga, a averti les électeurs que l’élection de M. Kenyatta entamerait la réputation internationale du Kenya.

« Nous ne devons pas, en tant que peuple, faire ces choses qui apporteront la disgrâce et le déshonneur à la nation », a-t-il déclaré.

Dans un pays comptant 42 groupes ethniques, le tribalisme dans les élections constitue une préoccupation majeure. Wafula Buke, directeur des opérations électorales du Premier ministre Odinga, assure que ce dernier cherche à projeter une image d’inclusion.

Pour une fois, 40 communautés peuvent l’identifier comme un leader pouvant aider cette nation à avancer. Bien sûr, au sein des deux autres communautés, qui constituent le bastion de notre adversaire, nous avons aussi des partisans, mais les autres dominent là-bas, a dit M. Buke.

La campagne d’Odinga, a-t-il dit, continuera de se concentrer sur la réforme agraire, un sujet qui est bien reçu dans la province de Coast. La plate-forme électorale du Premier ministre kenyan promet de se pencher sur les situations où des communautés ont été forcées de quitter leurs terres.
XS
SM
MD
LG